La nouvelle stratégie de lutte contre le feu au Maïdo

incendies
Incendie au Maïdo
©Alexandre Pech
La dégradation de la situation au Maïdo entre dimanche et aujourd’hui a conduit les pompiers et les autres acteurs de la lutte contre le feu à déployer une nouvelle stratégie. Des tranchées pare-feu seront creusées par l’ONF pour tenter d’arrêter la propagation des flammes.
Ce lundi après-midi, le préfet Jacques Billant a présidé une réunion de la cellule opérationnelle de préfecture (COP) qui regroupe les représentants du Conseil départemental, du SDIS, de la gendarmerie nationale, de la police nationale, de l’Office national des forêts (ONF), du Parc national, de la Direction de l’alimentation de l’agriculture et de la forêt (DAAF), de la Direction de l’environnement de l’aménagement et du logement (DEAL), de l’Agence régionale de santé (ARS), du Rectorat, de la mairie de Saint-Paul et de la mairie de La Possession.

A l'issue de cette réunion, Jacques Billant a fait un point sur la situation. "Le feu est stabilisé", a-t-il souligné. Il a ensuite fait part de la nouvelle stratégie mise en place pour lutter contre la propagation du feu.
 

Des tranchées pare-feu pour stopper le feu


"Nous avons décidé de travailler sur l’établissement de zones pare-feu qui ont été identifiées et aménagées dès cet après-midi en liaison avec l’ONF de manière à ce que ces pistes réaménagées puissent accueillir des camions de pompiers".

Des lances ont déjà été prépositionnées, a encore indiqué le préfet. "Il s’agit si le feu venait à se propager au-delà des lisières d’avoir une action de barrage en concentrant le maximum de moyen au niveau de ces pistes pare-feu, poursuit-il. L’équipement est en cours d’installation à la fois dans la zone nord dans la zone sud".

Regardez le reportage de Réunion La 1ère sur le travail réalisé par les équipes de l'ONF : 
 
Le travail de l’Office national des forêts sur l’incendie du Maïdo
 

Trois secteurs d’opération prioritaires


Dans le détail, voici les trois secteurs d’opération prioritaires ont été définis par le centre opérationnel en préfecture :

Priorité 1 : le secteur Nord-Ouest : en franchissant la route forestière, le sinistre se déploie désormais vers la forêt des Hauts de l’Ouest, constituée notamment de Tamarins et d’autres espèces végétales dont les essences sont fortement inflammables.

Par ailleurs, l’humus de ces sous-sols constitue un facteur aggravant car le feu peut circuler dans le sous-terrain. En réponse, il est décidé de "noyer" la zone. Une ligne de défense est également fixée, vers 1800m d'altitude.

Une ligne de repli a été définie en anticipation : elle a été élargie à l’aide d’un tractopelle et des équipes de l’ONF, des lances y ont été positionnées. Les moyens sont désormais concentrés sur ce secteur. Des tranchées pare-feu sont creusées par l’ONF pour protéger au maximum les pistes sur lesquelles vont s'appuyer les unités.

Priorité 2 : au Nord, le feu progresse en lisière le long des remparts. A ce stade, la  population des ilets (Roche Plate et Ilet des Orangers) n’est pas menacée.

Priorité 3 : au Sud-Ouest, la barrière de retardant mise en place a tenu et le feu ne reprend pas. La zone est donc placée sous surveillance. Le terrain du lézard vert des hauts, espèce protégée, a été préservée à ce stade.
 

150 pompiers mobilisés demain mardi


Dès demain matin, l'effectif des pompiers au Maïdo passera de 80 à 150 personnels. On devrait rester sur un nombre de 25 engins mobilisés. Des citernes ont aussi été réquisitionnées pour être acheminées sur place, au plus près du site d'intervention des pompiers.

A la demande du préfet, un poste de commandement opérationnel assurant la coordination interservices et deux postes de commandement de site ont été installés sur place, en lien avec le SDIS et la mairie de Saint-Paul. La mairie de Saint-Paul qui a mis à disposition la salle des fêtes du Maïdo.

La préfecture précise encore que des cellules d’anticipation vont également être déployée pour :
  • réaliser un diagnostic et analyser les actions à mettre en œuvre pour la préservation de la biodiversité.
  • travailler sur le rétablissement des réseaux téléphoniques
  • surveiller l’impact des feux sur la qualité de l’air et captage de l’eau
Le préfet l'a répété ce lundi après-midi. L'action des pompiers et de leurs partenaires a vocation à s’inscrire dans la durée.

Rappelons que le ministre des Outremer Sébastien Lecornu a indiqué qu'il se rendrait dans le département pour coordonner les actions de lutte contre l'incendie. Il devrait arriver dès demain matin mardi dans l'île.