La Réunion n'aura pas un reconfinement comme en métropole : les politiques réagissent

coronavirus
Le centre-ville de Saint-André.
Le centre-ville de Saint-André. ©Imaz Press
Ce jeudi 29 octobre, au lendemain de l’allocution du chef de l’Etat, le préfet indique que le reconfinement ne s’appliquera pas à La Réunion comme en métropole. Jacques Billant détaillera, demain, vendredi, le nouveau dispositif sanitaire en vigueur. Les politiques réagissent.
Le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé, mercredi soir, un reconfinement dans l’Hexagone et des adaptations Outre-mer, pour lutter contre la deuxième vague de coronavirus. Ce jeudi matin, le préfet indique qu’il ne s’appliquera pas à La Réunion comme en métropole. "A ce stade, il n’apparaît pas nécessaire au vu de la situation épidémique, d'imposer à La Réunion la mesure de reconfinement telle qu'elle sera appliquée en métropole", annonce Jacques Billant qui va désormais mener des consultations pour décider des mesures à adopter dans le département.

Un couvre-feu après 21 heures, un confinement le week-end, la limitation des vols entre La Réunion et la métropole : plusieurs options existent et elles seront étudiées dès aujourd’hui en présence du ministre Adrien Taquet. Le secrétaire d'Etat chargé de l'enfance et des familles est actuellement en visite à La Réunion. Le Préfet, Jacques Billant et la directrice générale de l'agence régionale de santé, Martine Ladoucette, s'exprimeront ce vendredi en fin d'après-midi sur le bilan de ces consultations et le dispositif sanitaire.
 

Rendre les tests à J+4 obligatoire

En attendant, les politiques réagissent suite à l’allocution du chef de l’Etat. La maire de Saint-Denis et ancienne ministre des Outre-mer, Ericka Bareigts, salue le fait que "l’exception réunionnaise ait été reconnue par la mise en place d’une stratégie réunionnaise de lutte contre la Covid-19". Elle estime qu’il faut désormais "protéger la Réunion en ne permettant plus l’importation de cas extérieurs". Ericka Bareigts demande que les tests à J+4 soient rendus obligatoires pour tous les voyageurs arrivant à la Réunion, ainsi que "l'obligation de présenter un test à tout voyageur souhaitant se rendre à La Réunion, quel que soit son lieu de départ".

Ericka Bareigts estime "qu’il faut préserver la vie sociale, la possibilité de fêter dignement nos défunts pour la Toussaint et les fêtes de fin d’année, l’activité culturelle et sportive qui font la cohésion de nos territoires, l’économie réunionnaise déjà durement touchée par des crises successives et avec elle l’emploi des Réunionnais".
 


Respecter les gestes barrières et limiter les regroupements

Dans un communiqué, le président du Département, Cyrille Melchior appelle "les Réunionnais à être solidaires et exemplaires pour éviter un reconfinement à La Réunion". "La situation à La Réunion est différente de celle de la métropole", mais "nous devons rester encore plus vigilants" en "respectant les consignes sanitaires, en limitant les regroupements, en gardant les distanciations sociales, en appliquant les gestes barrière et en portant le masque".

Par ailleurs, le Département indique qu’il continuera "d’accompagner les publics les plus vulnérables en apportant son aide aux structures d’accueil" et qu’il soutiendra le "monde économique, en particulier le monde agricole,  face aux conséquences liées à cette crise épidémiologique".
 

Aider le monde économique

Le président de Région, Didier Robert, a aussi annoncé un soutien au monde économique dès hier soir. "La Région Réunion va adapter ses aides économiques d’urgence déjà mises en place ces derniers mois pour soutenir les entreprises locales les plus touchées, notamment les PME et les TPE", indique Didier Robert qui "appelle tous les Réunionnais à faire une nouvelle fois, preuve de résilience en respectant en particulier les gestes barrières ainsi que toutes les restrictions sanitaires évidente".
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live