La sophrologie face au Covid

coronavirus
Sophrologie 4
Comme le disait le peintre Dali : "Qui sait déguster ne boit plus jamais de vins, mais goûte à des secrets..." ©Loïs Mussard
De la souffrance physique à la souffrance psychologique… En deux ans de Covid-19, de plus en de personnes souffrent de troubles émotionnels. C’est le cas d’Anésie qui est suivie par une sophrologue à Saint-Paul. Nous l'avons rencontré lors d'une séance.

"J'étais stressée, j'avais le corps qui chauffait et plein de douleurs, tout le temps..." Assise confortablement dans un fauteuil, les yeux fermés, Anésie Justine est en pleine consultation de sophrologie à Saint-Paul. A 54 ans, vaccinée, Anésie n'a jamais attrapé le Covid, mais pourtant, elle souffre psychologiquement de ses effets. La maladie, l'hospitalisation de son mari en juin qui lui, a été contaminé par la dengue et le Covid, les contraintes sanitaires, la peur, le matraquage médiatique sur la crise... Autant d'éléments qui l'ont rendu en grande souffrance psychologique.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

Le Covid-19 créé des souffrances psychologiques. Certains font le choix de la sophrologie. Reportage

 

Evacuer les énergies négatives

"Quand je suis arrivée au cabinet de sophrologie pour la première fois, j'étais stressée. J'avais peur. Je n'arrivais plus à dormir. " Aujourd'hui, Anésie va mieux au bout de quatre séances avec la sophrologue. " Je fais des exercices pour évacuer les énergies négatives, pour me reconnecter avec ce que je faisais avant, être avec ma famille, m'occuper de ma maison..."

 

Entrainement du corps et de l'esprit

"Quand Anésie est venue au cabinet, elle m'a demandé des exercices pour atténuer son stress. Elle avait de la tension artérielle, des bouffées de chaleur... Je lui ai proposé un programme, avec des exercices de respiration, de projection, de visualisation... " explique Nadira Bertrand, la sophrologue d'Anésie.

La sophrologie est un entraînement du corps et de l'esprit pour développer sérénité et mieux-être. 70 % des patients que Nadira suit souffrent de troubles émotionnels liés à la crise Covid. Certains déjà en souffrance ont vu leur mal-être amplifié et d'autres, qui ne présentaient pas de fragilité, en ont développé ces deux dernières années. Parmi eux, de plus en plus de jeunes viennent consulter pour les mêmes raisons.