Le plan "1 jeune, 1 solution" prolongé au-delà de janvier 2021

emploi
Apprentissage Jérémy Grondin  électricité
A 24 ans, Jérémy Grondin a décidé d'obtenir un bac pro avec la complicité de Pascal Hoarau, chef d'une entreprise spécialisée dans l'électricité. ©loïs Mussard

Lancé le 23 juillet 2020, le plan "1 jeune, 1 solution" va être prolongé au-delà de janvier 2021 a annoncé la ministre du Travail. Cela concerne la prime de 4.000  euros annuel pour l'embauche d'un jeune de moins de 26 ans ou les 5 à 8.000 euros d'aides pour un contrat d'apprentissage. 

Élisabeth Borne a confimé, dans un entretien paru au Journal du Dimanche, la volonté du gouvernement de prolonger les aides mises en place, en juillet dernier, pour l’emploi des jeunes. Ce plan "1 jeune, 1 solution" mobilise un ensemble de leviers : aides à l’embauche, formations, accompagnements ou encore aides financières aux jeunes en difficulté afin de répondre à toutes les situations inhérentes à l'accès à l'emploi. 

Pour aider les 750 000 jeunes arrivés sur le marché du travail en septembre 2020, mais aussi ceux qui sont aujourd’hui sans activité ou formation, le Gouvernement mobilise un budget de 6,7 milliards d’euros. 

Un plan qui porte ses fruits

 

Pour appuyer son annonce, la ministre du Travail a mis des chiffres sur la table. Elle annonce ainsi dans le JDD, 1.05 millions de jeunes recrutés, en CDD d’au moins trois mois ou en CDI, entre août et la fin de novembre 2020, soit presque autant que sur l'année 2019. Par ailleurs, plus de 220 000 primes ont déjà été distribuées ajoute Elisabeth Borne, rappelant le succès inédit de l’apprentissage avec 440 000 contrats signés en 2020, contre 353 000 en 2019.

3 axes du plan "1 jeune, 1 solution"

 

Le premier point du plan "1 jeune, 1 solution, vise à faciliter l'entrée dans la vie professionnelle des jeunes. Ainsi, est proposé:

  • Une compensation de charge de 4 000 euros pour tout jeune recruté entre août 2020 et janvier 2021. 
  • Une aide exceptionnelle de 5 000 euros pour recruter un alternant de moins de 18 ans (en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation) ou de 8 000 euros pour recruter un alternant de plus de 18 ans.
  • Le dispositif « emploi franc + » : entre le 15 octobre 2020 et le 31 janvier 2021, le dispositif emploi franc est renforcé avec le déploiement de « l’emploi franc + » avec une aide versée à l’employeur qui est revalorisée lorsqu’il recrute un jeune de moins de 26 ans (en CDI ou en CDD d’au moins 6 mois). 
  • Des missions d’utilité sociale pour jeunes en quête de sens, avec la mise en place de missions de service civique supplémentaires (de 6 à 12 mois, indemnisées) pour permettre à des jeunes de gagner en expérience et compétences en s’engageant dans des associations, des collectivités territoriales, des services de l’État ou des établissements publics.
  • La création d’emplois pour les jeunes de moins de 25 ans dans le monde du sport dans le cadre de l’action de l’Agence Nationale du Sport (ANS), au sein des associations sportives locales.

 Le second point vise à orienter et former 200 000 jeunes vers les secteurs et métiers d'avenir en proposant: 

  • de nouvelles formations qualifiantes vers les métiers d’avenir grâce au Plan d’Investissement dans les Compétences (PIC) : 100 000 nouvelles formations qualifiantes ou pré-qualifiantes seront proposées aux jeunes sans qualification ou en échec dans l’enseignement supérieur.
  • des formations dans le secteur du soin pour doubler les capacités de formation des aides-soignants, des infirmières et des auxiliaires de vie dans les 5 prochaines années.
  • des formations numériques pour les jeunes non-qualifiés.
  • des parcours personnalisés pour les décrocheurs entre 16 et 18 ans.
  • des places de formation supplémentaires pour poursuivre des formations en études supérieures, en CAP et BTS à la rentrée 2020.
  • le doublement du nombre d’élèves bénéficiaires des cordées de la réussite et des parcours d’excellence.

Le troisième et dernier point vise à accompagner particulièrement les jeunes éloignés de l'emploi en construisant 300 000 parcours d'insertion sur mesure avec : 

  • le renforcement des dispositifs d’inclusion durable dans l’emploi : Parcours Emploi Compétences (PEC) et Contrat Initiative Emploi (CIE).
  • l'augmentation importante des dispositifs d’accompagnement vers l’emploi : Garantie jeunes ; parcours contractualisé d’accompagnement vers l’emploi et l’eutonomie (PACEA) ; doublement de l’accompagnement intensif jeunes (AIJ) mis en place au sein de Pôle emploi.
  • le renforcement de l’accompagnement de jeunes vers une qualification en vue d’un emploi dans les métiers d’encadrement du sport ou de l’animation en finançant le parcours SESAME.

Des mesures spécifiques pour booster l'apprentissage

 

Pour les CFA, un financement exceptionnel a été mis en place pour garantir la formation et investir dans des équipements numériques, incluant des aides pour soutenir le développement des programmes de formation et l'ouverture de l’investissement pour équiper les apprentis en matériel numérique.

Pour les entreprises, une aide financière exceptionnelle est proposée pour le recrutement d’un apprenti en première année. Ainsi, les contrats signés à compter du 1er juillet 2020 et jusqu’au 28 février 2021 préparant à un diplôme jusqu’au master (bac + 5 – niveau 7 du RNCP) bénéficient :

  • d'une aide exceptionnelle de 5 000 € pour l’embauche d’un apprenti mineur.
  • d'une aide exceptionnelle de 8 000 € pour l’embauche d’un apprenti de plus de 18 ans.

Cette aide couvre 100 % du salaire de l’apprenti de moins de 21 ans et 80 % du salaire d’un apprenti de 21 à 25 ans révolus.

Le reportage de Jean-Régis Ramsamy et Daniel Fontaine

Aide apprentissage 1 jeune 1 solution

 

Un site pour aider les jeunes à trouver un emploi

 

Pour permettre aux jeunes de profiter pleinement de ce plan de relance, un site dédié a été mis en place.

La plateforme 1jeune1solution.gouv.fr permet de faciliter les recherches puisque le site rassemble des offres d'emploi et de service civique, des offres de formation, des annonces pour des événements de recrutement ainsi qu'une proposition d'accompagnement par le réseau des missions locales. 

Les entreprises, elles, peuvent déposer plus facilement leurs offres, mais cette plateforme leur permet aussi de s'informer sur les mesures de soutien auxquelles elles sont éligibles si elles embauchent un jeune et de s'inscrire à des événements de recrutement.

Eric Leung, président de la Confédération des petites et moyennes entreprises de La Réunion (CPME) était invité du journal de 19h sur La 1ère: 

 

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live