Le tribunal de commerce ordonne la reprise de l'impression du Journal de l’Ile

médias
Le JIR Journal de l'Ile de La Réunion censuré sur fond de tensions avec son imprimeur
"Censure", titre le JIR sur son site internet suite à la non-impression de son édition du jour ©Capture écran du site internet du Journal de l'Île de La Réunion
La société ICP Roto est sommée de reprendre l’impression du Journal de l’Ile sous peine de devoir payer 200 000 euros par jour de non impression. Une décision du juge des référés du tribunal de commerce prise ce jeudi 6 octobre après six jours sans parution papier du journal.

La société ICP Roto est sommée de reprendre l’impression du Journal de l’Ile sous peine de devoir payer 200 000 euros par jour, jusqu’à exécution de la décision. C’est ce qu’a décidé ce jeudi 6 octobre le juge des référés du tribunal de commerce.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

La société ICP Roto est sommée de reprendre l’impression du Journal de l’Ile sous peine de devoir payer 200 000 euros par jour de non impression. Une décision du juge des référés du tribunal de commerce

Six jours sans journal papier

Depuis six jours, le Journal de l’Ile n’est plus imprimé. La société, ICP Roto, ne veut plus mettre sous presse les articles du journal et surtout les éditoriaux de son président et directeur de publication, Jacques Tillier.

Le journaliste et l'imprimeur sont dans un conflit majeur. Alfred Chane Pane veut mettre fin unilatéralement au contrat qui le lie au Journal de l’Ile. Il se dit soutenu par ses employés. De son côté, Jacques Tillier hurle à la liberté de la presse bafouée et au scandale politique.

Une motion des journalistes

Hier, ce mercredi, les journalistes du JIR ont rédigé une motion pour demander à Alfred Chane Pane "de respecter scrupuleusement le contrat qui le lie au Journal de l’Île et de reprendre immédiatement l’impression". Dans leur motion, les journalistes du JIR alertent aussi sur la "mise en péril les emplois de l’ensemble du personnel du groupe JIR", soit plus de 100 salariés.

Pourquoi un tel conflit ? 

Au cœur du conflit, un éditorial de Jacques Tillier qui revient sur les détails de l'offre de reprise de l'imprimerie Ah Sing, placée sous liquidation judiciaire en avril dernier.

Dans un premier article paru le 22 septembre, le JIR indiquait que la société tombait "dans l'escarcelle de Chane Pane Sud". Alfred Chane-Pane avait "formellement démenti" être impliqué dans cette reprise et déploré que son nom y soit associé. "Une version sujette à caution", rétorquait alors le JIR, le 29 septembre, dans un nouvel article assurant que le patron d'imprimerie ferait bien partie des associés de l'imprimerie Chane Pane Sud.

Depuis le bras de fer est entamé entre les deux hommes. Cet après-midi, le tribunal de commerce a tranché en sommant la société ICP Roto de reprendre l’impression du Journal de l’Ile. Dans près d’un mois, une nouvelle audience devrait se tenir, il sera probablement question du préjudice financier subi par le Journal de l’Ile.