Les abeilles réunionnaises menacées par des insectes ravageurs de ruches ?

agriculture
Couvain
Autre menace pour les abeilles réunionnaises : le varroa qui infecte les ruches en se nichant dans les alvéoles des couvains et s'attaque aux larves tout au long de leurs phases de développement, ce qui rend les futures abeilles non viables. ©Loïs Mussard
Les colonies d'abeilles du Sud de La Réunion sont-elles menacées par le "petit coléoptère des ruches", un insecte ravageur de colonies ? Des prélèvements ont été réalisés et des analyses sont en cours afin de confirmer la nature et la dangerosité des coléoptères mis en cause.

Le mardi 5 juillet 2022, les services de l’État ont été informés d’une suspicion de présence d’un ravageur des colonies d’abeilles, dénommé Aethina tumida ou petit coléoptère des ruches, dans un rucher du Sud de l’île.

La multiplication de ce coléoptère pouvant provoquer un d'affaiblissement ou la mort de la colonie d’abeilles, des actions de surveillance ont été mises en place et des prélèvements ont été réalisés afin de déterminer précisément les spécimens de coléoptères retrouvés et le niveau de l’infestation.

Les ruches concernées immobilisées

La préfecture de La Réunion indique que des mesures préventives, adaptées à la situation de suspicion, ont été prises par arrêté. Ces mesures ont notamment pour objet d’éviter la potentielle dissémination du ravageur suspecté, notamment en interdisant le déplacement des ruches concernées.

Les autorités précisent encore que ces mesures sont susceptibles d’évoluer en fonction du retour des experts de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES) et du ministère en charge de l’agriculture.

La détention de ruches est réglementée

La préfecture rappelle que la détention d’une ruche, que ce soit à titre particulier ou professionnel, doit obligatoirement être déclarée. Cette déclaration s’effectue par voie électronique sur le site internet suivant : http://mesdemarches.agriculture.gouv.fr/

Il est également rappelé que, par arrêté préfectoral, toute introduction ou importation des produits suivants est strictement interdite, quelle qu’en soit la forme ou les modalités :

  • matériel apicole ayant servi à l’exploitation d’un rucher
  • miel et pollen à visée de nourrissement ou de complémentation alimentaire des colonies d’abeilles
  • cires d’abeilles ayant servi à l’exploitation d’un rucher
  • abeilles vivantes ou mortes du genre Apis.

Appel à la vigilance des apiculteurs

Bien sûr, tout apiculteur, professionnel ou amateur, constatant ou suspectant la présence du ravageur Aethina tumida doit informer immédiatement le vétérinaire chargé du suivi de son rucher ou les services de la direction de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt soit par mail (alimentation.daaf974@agriculture.gouv.fr), soit par téléphone au 02 62 30 89 89.