Les manipulateurs radio en grève pour réclamer une revalorisation salariale et une meilleure reconnaissance de leurs compétences

santé saint-pierre
Grève manipulateurs radio La Réunion
Les manipulateurs radio ont manifesté devant le CHU Sud Réunion ©Jacques Payet
Ils sont manipulateurs radio, scanner, imagerie dans les hôpitaux notamment au CHU de Saint-Pierre de La Réunion. Ils sont en grève ce mardi 15 mars pour exiger une augmentation des salaires, des effectifs et des formations adaptées à la technologie actuelle. Ils sont une centaine à exercer à La Réunion.

A l'hôpital public, ils accueillent les patients en provenance des urgences ou qui viennent en rendez-vous pris par des médecins extérieurs. Les manipulateurs radio, scanner, IRM, mammographie... leur expliquent comment va se dérouler leur examen.

Ensuite, ils les préparent et sont, parfois, emmenés à leur poser des perfusions ou à effectuer d'autres techniques médicales avant d'effectuer leurs examens. Un travail de soignant qui ne leur serait pas reconnu. 

Revoir le reportage de Réunion La 1ère :

Manipulateurs radio : les raisons de la colère

Revalorisation salariale

"Nous revendiquons que notre statut de soignant soit reconnu", exige Julie Gonvindin, porte-parole des manipulateurs radio en colère.

Des professionnels qui répondent à un prévis de grève national. " Nous sommes uniquement considérés comme des techniciens" explique t-elle. "C’est vrai qu'il y a une pratique technique dans notre métier. Il nous a fallu 3 ans d’études pour acquérir cette technicité mais nous sommes avant tout des soignants. Nous voulons la  revalorisation de notre statut de soignants et tout ce qui en découle, la rémunération et la prime qui vont avec."    

besoin de reconnaissance 

Un mouvement suivi au CHU de Saint-Pierre pour demander également la reconnaissance de leurs compétences et de la considération. 

"Nous sommes souvent dans l’ombre, assimilés à des infirmiers. Mais, nous ne sommes pas des infirmiers, nous sommes des techniciens manipulateurs soignants. Nous sommes aussi dans l’ombre du médecin alors que sans nous, les médecins radiologues ne peuvent pas intervenir et faire leur examen".

Ils 130 à 150 agents à exercer à La Réunion à l'hôpital public ou dans le secteur privé.