Les salons de coiffure en manque d’apprentis à La Réunion

entreprises
salon de coiffure Saint-Denis
©Réunion la 1ère
De nombreux patrons de salons de coiffure ont du mal à recruter des jeunes pour préparer un CAP. Les candidats ne se bousculent pas. Certains patrons demandent à être davantage impliqués dans la formation.

"  Aujourd’hui on a besoin de monde, il y a beaucoup de travail et on est incapable de recruter. "

Marine de Palmas, gérante de deux salons de coiffure à Saint-Denis

 

Il y a bien quelques candidats, mais les profils ne sont pas toujours très convaincants. Manque de motivation, voire de passion, sont souvent à déplorer. Depuis des mois, voire des années, la coiffure ne séduit plus les jeunes, constate l’UNEC, l’Union Nationale des Entreprises de Coiffure.

Regardez le reportage de Réunion la 1ère :

Les salons de coiffure en manque d’apprentis à La Réunion. ©Réunion la 1ère

 

Manque de compétences ou de motivation ?

Le manque d’expérience n’est pas le problème, " le but du jeu c’est de leur apprendre ", explique la gérante de salon de coiffure. " La difficulté est vraiment dans la raison pour laquelle ils viennent ", ajoute-t-elle.

La professionnelle évoque des difficultés à se présenter. En tant qu’apprenti, il faut pouvoir " se remettre en question ", " se fondre dans l’équipe ", " d’intégrer l’entreprise et d’apprendre ", estime-t-elle. Mais ces situations ne représentent pas l’ensemble des prétendants.

Fanny, 19 ans, apprentie en 2ème année de CAP, est une vraie passionnée. Depuis petite, elle a toujours voulue exercer ce métier. " J’aime bien le contact, la convivialité, on parle beaucoup ", raconte Fanny. Elle envisage déjà d’ouvrir un jour son propre salon.

Impliquer les patrons dans la formation

Pour que le recrutement soit plus efficace, la gérante de salon de coiffure propose que les professionnels soient davantage impliqués dans le processus de formation des apprentis. Marine de Palmas se dit prête à se déplacer dans les centres de formation, pour se présenter en tant que cheffe d’entreprise et expliquer l’univers de son salon.

Cela permettrait peut-être de faciliter les prises de contact et de perdre moins de temps à faire et annuler des contrats. Ce serait également moins de déception pour les apprentis, selon la gérante.