Lutte contre le trafic de stupéfiants : la gendarmerie de La Réunion procède à de nouvelles saisies

trafic de drogue saint-benoît
Saisie de zamal à Saint-Benoît
©Gendarmerie de La Réunion / Facebook

La gendarmerie de La Réunion poursuit la lutte contre le trafic de stupéfiants dans le département. Hier, à Saint-Benoît, les militaires ont mis la main, entre autres, sur 300 grammes de graines de cannabis.

Les militaires de la compagnie de gendarmerie de Saint-Benoît, actifs dans la lutte contre les stupéfiants et leurs trafics, ont procédé à des saisies hier. Ils ont mis la main sur 2 grammes de cocaïne, 2 kilos de zamal sous forme d’herbe, 31 pieds de zamal, 300 grammes de graines de cannabis, 150 grammes de têtes de cannabis et une somme d’argent de 1 800 euros.

 

Un peu plus tôt dans le mois, les militaires de la brigade de Saint-Leu qui perquisitionnaient le domicile d’un suspect, mis en cause dans une affaire de menaces de mort proférées à l’encontre d’un agent de l’unité territoriale routière, ont eu la surprise de découvrir un pistolet d’alarme, des munitions, un poing américain et une centaine de pieds de zamal où avait trouvé refuge un endormi.

Un endormi dans un champ de zamal
©Gendramerie de La Réunion /Compagnie de Saint-Paul

 

Les gendarmes ont patiemment attendu que l’endormi puisse être déposé dans un couvert végétal licite avant de procéder à la destruction du champ.

 

Le suspect, quant à lui, devra répondre de fait de violences et de menaces de mort à l’encontre de l’agent de l’unité territoriale routière. Il devra également s’expliquer sur sa plantation d’une centaine de pieds de zamal qui « dépasse largement le simple cas d’usage personnel ».

La production illicite de cannabis, y compris pour un usage strictement personnel, fait encourir en théorie à son auteur une peine pouvant aller jusqu'à 20 ans de prison et 7 500 000 euros d'amende (article 222-35 du code pénal).