Lutter contre la chimik, cette drogue de synthèse qui fait des ravages à La Réunion

drogue
En cette semaine de lutte contre les addictions, les autorités lancent, sur les bus, une campagne de sensibilisation contre la chimik.
En cette semaine de lutte contre les addictions, les autorités lancent, sur les bus, une campagne de sensibilisation contre la chimik. ©Nakia Dany
En cette semaine de lutte contre les addictions, les autorités lancent, sur les bus, une campagne de sensibilisation contre la chimik. Cette drogue de synthèse consommée par de plus en plus de jeunes à La Réunion est un poison et a des effets dévastateurs. Une simple cigarette peut rendre accro.

A l’arrière d’une quarantaine de bus Citalis à Saint-Denis, vous apercevrez bientôt des messages de lutte contre la drogue. Les autorités lancent une nouvelle campagne de sensibilisation qui cible cette fois la chimik. Cette drogue fait des ravages à La Réunion et est déjà un problème de santé publique, à Mayotte.

Un fléau chez les jeunes

"Ce produit de synthèse est un fléau pour nos jeunes, assure Christine Torrès, la nouvelle sous-préfète cohésion sociale et jeunesse à La Réunion. Nous alertons sur la dangerosité du produit et sur le fait que les jeunes ne doivent pas accepter de produits sans en connaître la provenance ou la composition".

"Cigarette donnée : pas une seule bouffée !"

Sur l’affiche placardée à l’arrière des bus, vous verrez une sorte de « bande-dessinée », dans laquelle une jeune fille prend une cigarette avant de s’écrouler, inconsciente. Victime d’un dealer, elle vient de fumer de la chimik. "Cigarette donnée : pas une seule bouffée !" : tel est le message relayé.

Cette campagne alerte les jeunes sur les risques de la chimik, mais surtout sur la manière dont les dealers la propagent.

Ecoutez le reportage de Réunion La 1ère :

Des cigarettes imbibées de chimik

La chimik est sous forme de poudre. "Les dealers la mélangent avec des solvants dont ils aspergent des cigarettes, ou alors du zamal de moindre qualité, explique Jean-Bernard Gillet, directeur de l'association "La Prév". Cela rend le produit totalement indétectable".

Il n’a pas d'odeur, peut se mélanger à n'importe quoi, et être revendus jusqu'à cent fois son prix de départ. Les dealers répandent ainsi "leurs cigarettes" sans prévenir.

Regardez les précisions de Réunion La 1ère :

La chimik, cette drogue de synthèse consommée par de plus en plus de jeunes à La Réunion, est un poison et a des effets dévastateurs

Le danger des cannabinoïdes synthétiques

Depuis 2017, à La Réunion, les dealers parviennent à acheter facilement les cannabinoïdes synthétiques sur internet et à bas prix. Ces produits servent de base à la poudre.

"Les chimistes qui élaborent ça en laboratoire changent les formules régulièrement, et certains produits qui sortent n’ont pas d’interdiction légale, explique Jean-Bernard Gillet, directeur de l'association "La Prév" . Pourtant, ils sont souvent plus dangereux encore que les précédents car à force de mélanger les produits, ça fait des mixes avec des effets de plus en plus imprévisibles, parfois de plus en plus intenses".

Une substance active en une dizaine de secondes

"Les cannabinoïdes synthétiques sont des drogues 200 à 300 fois plus puissantes que le cannabis, ajoute le docteur David Mété, président de la Fédération Régionale d'Addictologie de La Réunion. Ces substances sont actives en une dizaine de secondes".

En cette semaine de lutte contre les addictions, les autorités lancent, sur les bus, une campagne de sensibilisation contre la chimik.
En cette semaine de lutte contre les addictions, les autorités lancent, sur les bus, une campagne de sensibilisation contre la chimik. ©Nakia Dany

Des comportements totalement désinhibés

La chimik est consommée par de plus en plus de jeunes réunionnais. Elle a des effets dévastateurs sur les consommateurs, mais aussi des conséquences importantes en matière de délinquance et d'ordre public. Sous l’effet de la chimik, les drogués sont totalement désinhibés.

A ce jour, 140 cas sont recensés, mais il pourrait bien s’agir de la partie immergée de l'iceberg. Cette campagne de lutte contre la chimik est organisée par la Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues et les Conduites Addictives, la Fédération Régionale d'Addictologie et la ville de Saint-Denis.