réunion
info locale

Madagascar : démantèlement d’un trafic de béryl et tourmaline

Océan Indien
Béryl et tourmaline de Madagascar
Bloc de béryl à gauche et bloc de tourmaline à droite ©Wikipédia
Les gendarmes de Madagascar ont interpellé sept trafiquants de béryl et tourmaline. Au cours de cette opération dans le secteur minier de Tanamarina-Ikalamavony, les militaires ont saisi cent-quatre-vingt-huit blocs de béryllium et 118 kg de tourmaline.
 
Depuis deux ans, le gouvernement malgache tente de lutter contre les trafics et la corruption qui gangrènent le pays. Une mission titanesque tant ce mal est enraciné profondément depuis des décennies dans toutes les strates de la société. Les trafiquants bénéficient souvent de la protection et de la complicité des politiques locaux. Deux députés sont en prison et attendent d’être jugés.

Il n’est donc pas étonnant que les investigations des gendarmes aient porté leurs fruits à Fianarantsoa. Mardi, les militaires ont démantelé un réseau de trafiquants de pierres semi-précieuses. Ils ont arrêté sept personnes et saisi 198 blocs de béryllium et 118 kilos de tourmalines révèle L'Express de Madagascar
 

Des trafiquants difficilement saisissables


Les investigations et les auditions se poursuivent. Cette région et cette ville se sont bâties sur les ressources du sous-sol qui regorgent de béryl, tourmaline et de saphir. Des milliers de Malgaches s’installent dans le secteur en espérant trouver, la pierre qui les sortira de la misère. 

Dans ces conditions, les trafiquants prospèrent en toute liberté, ils sont parfaitement informés de l’arrivée des gendarmes. Pour déjouer la surveillance des guetteurs, les gendarmes installent des barrages et fouillent tous les véhicules qui circulent dans le secteur. Une stratégie qui porte ses fruits. Reste à savoir combien de temps. Les trafiquants, comme les employeurs, sont assis sur des fortunes.
Madagascar mines de Fiananrantsoa
©Google Maos et infographie


 
Publicité