Madagascar : douze lémuriens du parc animalier de Tana victimes de la tuberculose

écologie
Lémurien Parc PBZT
Les animaux du parc zoologique de Tana sont victimes de tuberculoses. Douze lémuriens sont décédés ©Capture d'écran Paul Souders, Getty images National Georaphic
Une épidémie de tuberculose à l'origine des décès de plusieurs animaux du parc de Tsimbazaza au centre de Tananarive depuis un mois. Douze lémuriens, un oiseau rare, un crocodile et une grosse tortue terrestre sont décédés des suites de cette maladie. Une affection qui coure depuis, au moins, un mois.

Inquiétude pour les animaux du parc botanique et zoologique de Tzimbazaza (PBZT). Douze lémuriens et, au moins, trois autres pensionnaires, du zoo de Tana, sont décédés, en un mois de la tuberculose. "Selon les résultats des autopsies pratiquées en urgence par les vétérinaires, ne laissent pas de place au moindre doute", écrit L'Express de Madagascar qui a été alerté par le National Geographic.

Pour l'heure, on ignore si une éventuelle transmission de cette maladie à l'homme est possible. Ce manque de communication est problématique. Ce week-end, des centaines de spectateurs se pressaient dans les allées du parc. Certes, les animaux, proches des cages infectés ou qui étaient en contact avec les victimes du virus, ont été placés en quarantaine, mais est-ce Suffisant ?

Parc PBZT
(Illustration) ©Capture d'écran Google Maps

Faut-il fermer le parc ?


Sans l'alerte de la rédaction du célèbre magazine, l'information serait restée "secrète". Le quotidien malgache souligne : "Aucune communication officielle, pour l'instant, n'a donc été faite sur le nombre exact d'animaux morts". Le professeur Jonah Ratsinbazafy, primatologue en charge de la protection mondiale de ces animaux a confirmé la triste nouvelle : "Huit varis noir et blanc, un sifaka, un lémur macao et un fosa sont décédés. Des scientifiques de l’Institut Pasteur ont confirmé la présence de Mycobacterium tuberculosis (tuberculose) dans les tissus de plusieurs cadavres. Leurs conclusions ont été corroborées par des membres de l’Union internationale pour la conservation de la nature, selon un article du magazine National Geographic publié le 7 octobre dernier", précise Madagascar-Tribune.

Les scientifiques interrogés sur le sujet sont inquiets. Tous signalent que cette maladie est très contagieuse et qu'il est urgent de prendre des mesures très strictes pour éviter sa propagation dans le parc et en dehors.