Madagascar : la rentrée des classes reportées au 17 janvier 2022 à Tana et sa banlieue

santé
Elèves rentrée scolaire repoussée 17 janvier 2022 Madagascar
©Capture d'écran L'Express de Madagascar
Les vacances scolaires sont prolongées de 15 jours pour les écoles publics et privées de la région d'Analamanga. Le ministère de l'Education nationale a pris cette mesure suite à l'explosion des tests positifs à Tananarive et sa banlieue.

Les élèves de la capitale et de sa proche banlieue retrouveront leurs salles de classe le 17 janvier 2022. Avec la brusque augmentation des tests positifs, les vacances scolaires de Noël avaient été avancées d'une semaine en décembre 2021. Depuis, les courbes ne fléchissant pas, l'exécutif avait décidé de repousser au 10 puis au 11 janvier. Finalement, écrit 2424.mg, la date du 17 janvier 2022 a été arrêtée pour toutes les écoles publiques et privées de la région d'Analamanga. 

Cette mesure, qui fait la une de la presse ce mercredi 5 janvier 2022, était devenue inévitable compte tenu du nombre de tests positifs enregistrés : 1 620 "cas" depuis le 1er janvier 2022 sur Antananarivo et ses abords, contre 2 155 dans l'ensemble du pays. Le ministère de la Santé a demandé aux parents d'être vigilants et de protéger leurs enfants. Midi-Madagascar résume la situation : "La région Analamanga est actuellement l’épicentre de la troisième vague de Covid-19".

Les enseignants inquiets pour la scolarité de leurs élèves

 

Cette décision n'était pas attendue par tout le monde. Mardi 4 janvier 2022, le Lycée Notre-Dame-du-Rosaire avait ouvert et accueilli ses élèves. La décision a contraint, le proviseur a suspendre les cours jusqu'au 17 janvier, tout en précisant : "Nous attendions le report de la rentrée scolaire, suite à l'allocution du Président le 31 décembre 2021, mais aucune mesure n'avait été annoncée", écrit L'Express de Madagascar.

Dans les établissements publics, on relève également la diffusion tardive de la note officialisant le report de la rentrée. Les enseignants se disent inquiets par ces arrêts répétés : "La suspension des activités pédagogiques a entraîné des conséquences graves sur le niveau des élèves. Les lacunes accumulées depuis deux ans et durant les précédents confinements sont palpables. Le niveau a dégringolé".

Des parents s'inquiétaient de la dégradation de la situation sanitaire, ils se disent soulagés, écrit Madagascar-Tribune