Marché de l'automobile : jusqu'à 8 mois de retard pour la livraison d'un véhicule neuf à La Réunion

automobile
Marché de l'automobile à La Réunion
Les ventes de véhicules neufs sont en baisse au premier trimestre 2022 ©Jean-Claude Toihir
Les ventes de véhicules neufs sont en baisse de 4 % pour le premier trimestre à La Réunion. Les effets de la crise sanitaire se font toujours ressentir puisque de moins en moins de véhicules neufs sont disponibles. Il faut ainsi compter jusqu'à 8 mois de retard pour la livraison d'une voiture.

Le marché de l'automobile à La Réunion subit toujours les effets de la crise Covid. Au premier trimestre 2022, les ventes ont baissé de 4% par rapport à la même période, l’année dernière. Et les délais de livraisons ne cessent de s’allonger.

En achetant une voiture aujourd'hui, il n'est donc pas certain que vous la receviez avant la fin de l'année. Il faut en effet compter jusqu’à 8 mois de retard de livraison pour les voitures neuves dans le département.

Une aubaine pour le marché de l'occasion ?

Les clients vont donc devoir s’adapter, prévient Philippe-Alexandre Rebboah, représentant des concessionnaires et vice-président du Syndicat de l'importation et du commerce de La Réunion (SICR), qui parlait ce mercredi 13 avril sur Réunion La 1ère radio d'"une raréfaction de l'offre".

Pour les consommateurs réunionnais, cela signifie donc qu'ils auront moins de choix à l'achat. "Soit il faudra faire l'effort de monter sur un modèle plus équipé et donc plus cher, soit il faudra reporter son achat, ou soit il faut s'orienter sur un véhicule d'occasion pour rester dans le budget fixé initialement", résume Philippe-Alexandre Rebboah. Le marché de l'occasion pourrait en effet profiter de la situation.

Vente voitures marché automobile Concession La Réunion
La pénurie de pièces électroniques en Asie a entraîné une raréfaction de l'offre sur le marché des véhicules neufs dans toute l'Europe, expliquent les spécialistes du secteur ©Olivier Murat

Pénurie des semi-conducteurs 

Mais en quoi la crise sanitaire a-t-elle eu une incidence sur le marché automobile ? "Il faut remonter à quasiment un an et demi avec le début de la crise des semi-conducteurs, indique Philippe-Alexandre Rebboah. Ca s'est amplifié quand on est sorti du confinement. On pensait que ça allait durer jusqu'en janvier 2021 et finalement ça a encore dérapé avec le variant delta qui a frappé très fort l'Asie du Sud-Est, ce qui a engendré des fermetures d'usine et qui a encore augmenté le délai pour la production de semi-conducteurs".

Pas de retour à la normale avant l'année prochaine

La crise a en effet conduit à la pénurie de ces semi-conducteurs qui sont utilisés pour produire les puces électroniques équipant nos véhicules. "Pendant ce temps-là, le carnet de commandes a grossi. On tablait sur un retour à la normale en juin 2022 mais ce n'est pas le cas, ça va continuer sur toute l'année 2022. On espère maintenant avoir un retour à la normale vers le début 2023", précise encore Philippe-Alexandre Rebboah.

Les professionnels du secteur travaillent ainsi beaucoup plus à flux tendu. Et la guerre en Ukraine aggrave encore la situation car le pays est un grand producteur de câbles électriques, un autre composant-clé pour toutes les voitures modernes.