Maurice-Affaires Kistnen : la juge se penche sur le meurtre présumé du mari

faits divers
Meeting Kistnen le 31 janvier 2021
Une foule a tenu à apporter son soutien à Simla Kistnen en assistant au meeting, ce 31 janvier 2021, organisé par les avocats de la famille. ©Capture d'écran TopFM île Maurice (Illustration)

Depuis le début de l'année 2021, la justice mauricienne vit au rythme des affaires Kistnen. Après le dossier de l'emploi fictif de Simla, il est question, ce mardi, du meurtre présumé de son mari Soopramanien Kistnen. La juge doit se prononcer sur l'opportunité de la poursuite des investigations.

L'affaire Kistnen comprend deux volets. Le premier est lié à la découverte du corps calciné, en octobre 2020, de Soopramanien Kistnen. Compte tenu des circonstances et de l'état de la dépouille, le médecin légiste avait estimé que l'homme de 52 ans ne pouvait pas s'être suicidé. 

Cependant, la question reste en suspens et c'est au juge du tribunal de Port-Louis de se prononcer, ce mardi 2 février 2021, sur l'opportunité des poursuites publiques précise Radio One. En droit britannique, le procureur fait valoir ses arguments devant un magistrat. Celui-ci évalue le bien-fondé d'engager des investigations. Si des doutes existent concernant une piste criminelle, le juge donne mandat au procureur pour la poursuite de l'enquête.

Le meurtre est-il lié à l'affaire de l'emploi fictif ?

 

Compte tenu des circonstances et de l'ampleur médiatique de cette affaire, la décision de la juge est très attendue. Ce week-end, des milliers de citoyens ont assisté à un meeting de soutien à la famille Kistnen, un événement suivi par Défimédia. Les avocats de Simla Kitsnen, surnommés les Avengers, ont fait monté la pression en affirmant devant la foule que de nouvelles révélations auraient lieu, ce mardi.

Impossible d'ignorer le second volet de cette affaire. Simla Kitsnen a porté plainte contre le ministre du Commerce pour emploi fictif. Elle aurait découvert qu'elle a été employée et rémunérée par ce haut responsable du gouvernement. Elle l'ignorait et n'a jamais rien touché contrairement aux documents comptable qu'elle a fournis à la justice. 

De plus, comment dissocier les deux affaires. Le frère du ministre ayant été entendu pendant 48 heures dans l'enquête concernant la mort de Soopramanien Kistnen. 

La présomption d'innocence est un préalable indiscutable. La justice mauricienne va trancher. Reste à savoir, si le nom d'un meurtrier présumé noté sur un papier par un témoin le 15 janvier 2021 est passible de peser dans la décision de la juge note Le Mauricien

Les Outre-mer en continu
Accéder au live