Maurice et les Maldives devant le tribunal international du droit de la mer

justice
Les Maldives vues du ciel
©Capture d'écran Sails Tour
L'île Maurice et l'archipel des Maldives s'opposent sur leurs frontières maritimes dans l'océan Indien. Ce différent est désormais étudié par le tribunal international du droit de la mer. Les deux pays ont plaidé en fin de semaine dernière à Hambourg. La décision des juges sera connue dans un mois.
L'île Maurice et les Maldives ont un différent sur leurs frontières maritimes, dans le Nord de l'océan Indien, nous apprend Défimédia. Les discussions portent sur la zone autour des Chagos. L'île sœur qui espère récupérer sa dépendance, occupée par l'armée américaine avec l'aval des Britanniques, conteste les prétentions "territoriales" de l'archipel voisin écrit Top FM

La question étant délicate et aucun accord n'ayant étant trouvé entre les deux pays, les juges du tribunal international du droit de la mer ont été saisis de ce dossier. Les deux parties ont plaidé leur cause, en fin de semaine dernière à Hambourg. L'arrêt sera connu dans un mois. Si le plaignant ou le défendeur désirent contester la décision, il disposera alors de six mois pour exposer de nouveaux faits afin d'inviter les juges à reconsidérer leur jugement précise, en page 15, le guide des procédures du tribunal International du droit de la mer
 

Les juges sont originaires de tous les continents 


Cette instance internationale est méconnue. Elle est entrée en vigueur en 1994. Son président, actuellement, est le Sud-Coréen, Jin-Hyun Paik. Ce tribunal est composé de 21 juges. Ils sont choisis par les États, Africains (5), Asiatiques (5), d'Europe orientale (3), d'Europe occidentale (3), d'Amérique, latine et des Caraïbes (4), le 21ème siège est attribué après une élection des 20 juges à un candidat qui n'est pas représenté nous apprend France Diplomatie.

Cette juridiction, indépendante, est installée à Hambourg. Elle a pour mission de définir le droit des pays sur leur espace maritime, les ressources de la mer, des fonds marins et du sous-sol. 
Ces décisions ont souvent apaisé des tensions entre des pays voisins. Espérons, qu'une fois encore, l'équilibre et la diversité des origines des magistrats permettent aux deux pays de se plier à l'arrêt final.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live