réunion
info locale

Maurice : les parents de Yoan Spanu ne croient pas au suicide. Ils demandent des investigations

océan indien
Conférence de presse des parents de Yoan Spanu
Illustration de defimedia.info ©Capture d'écran YouTube
Les parents de Yoan Spanu sont arrivés à La Réunion avec un avocat pour obtenir des investigations complémentaires sur les circonstances de la mort de leur fils. Le Franco-Mauricien, de 32 ans, se serait suicidé le 7 novembre 2018 dans les toilettes de la prison de Saint-Pierre.
Pour les parents de Yoan Spanu, pas de place au doute : "Il a été assassiné". Le Réunionnais d'origine mauricienne, âgé de 32 ans, avait été retrouvé mort au petit jour, le 7 novembre 2018, dans les toilettes de la maison d'arrêt de Saint-Pierre. 
Deux médecins légistes  avaient autopsié le corps à la demande de la justice. Les deux spécialistes, qui travaillaient séparément, sont parvenus à la même conclusion : mort par pendaison.
 

Les parents sont arrivé à La Réunion


Comme annoncé, lors d'une conférence de presse, ce vendredi 4 janvier 2019 à l'île Maurice, les parents de la victime sont à La Réunion avec maître Krishna Sawoo, ce lundi 7 janvier 2019. L'avocat est chargé de les représenter auprès des autorités judiciaires de l'île afin d'obtenir des investigations complémentaires concernant le décès de Yoan. 
La famille Spanu a demandé au docteur Boolelle, médecin légiste de l'île Maurice, d'effectuer une contre-autopsie. Celui-ci a relevé des blessures sur les jambes et le dos de la victime. Le praticien doit soumettre son rapport final dans les prochains jours. 
 

Une nouvelle enquête ?


Compte tenu des zones d'ombre qui demeurent, selon les parents, et des doutes soulevés par la contre-autopsie, le père et la mère de Yoan Spanu veulent obtenir la réouverture du dossier. Pour la famille : "Sans aucun doute", écrit defimedia.info, "il a été victime d'une agression en prison".
Si cette première démarche n'aboutissait pas, les parents de Yoan Spanu se disaient prêt à saisir les instances internationales : "car je souhaite qu'il y ait un combat juste et que la vérité éclate au grand jour", a confié Gilles Spanu à 5plus.mu.

 
Publicité