Maurice : un médecin et un entrepreneur interpellés pour trafic de médicaments

faits divers
Médicaments périmés vendus dans des épiceries en Afrique
©Capture d'écran Chezvlane (Illustration)
Les forces de l'ordre ont arrêté, cette semaine, un médecin et un entrepreneur suspectés de trafic de médicaments. Le premier volait des psychotropes à l'hôpital et vendait des arrêts maladie de complaisance. Le PDG d'une société médical était, lui,à la tête d'un vaste trafic de médicaments périmés.

Deux Mauriciens insoupçonnables ont été interpellés, cette semaine, pour trafic de médicaments. Le premier, un médecin de l'hôpital Nord a été arrêté sur son lieu de travail par les enquêteurs de la Crime investigation. Ils le surveillaient depuis des mois. L'homme, âgé de 30 ans, est suspecté de trafic de psychotropes et d'ordonnances. Plusieurs personnes de son réseau, basé à la Pointe-aux-Piments, ont été entendues et ont confirmé l'existence du trafic d'arrêts maladie. 

Au domicile du praticien, les policiers ont saisi 28 ordonnances. Elles étaient vendues 60 à 1 000 roupies mauriciennes, selon le nombre de jours de congés. Les 60 comprimés étaient destinés à un proche, mais sur ce dernier point le praticien a préféré garder le silence, écrit Le Mauricien. Le médecin est poursuvi pour possession de drogue dangereuse. 

Le PDG d'une société médicale revendait les médicaments périmés

 

Dans cette seconde affaire, le mis en cause est le directeur d'une importante société d'importation et de vente de matériel médical, basée à Port-Louis. 

L'homme de 52 ans est entendu sur la présence de dizaines de milliers de produits médicamenteux périmés dans un entrepôt de Vallée-des-Prêtres. Pour l'essentiel, il s'agit de gel pour des angiographies, des psychotropes et des pilules du lendemain. 

Les inspecteurs, des Field Intelligence Officers (FIO), de la Crime Investigation Unit (CIU) de Port-Louis Sud et des agents de la Flying Squad de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (Adsu), précise Defimedia, ont perquisitionné les bureaux et le domicile du suspect. Ils ont saisi les médicaments périmés et 4 millions de roupies mauriciennes (soit un peu moins de 80 000 €).