Mort d’Elianna : le ti père clame son innocence au début de son procès en appel à la Cour d’assises

justice
Le ti-père de Elianna au tribunal
Le ti-père de Elianna au tribunal ©Bruno Dufestin
Le procès en appel de Cédric Babas se tient ce jeudi 24 mars devant la Cour d’assises de Saint-Denis. Poursuivi pour le meurtre d’Elianna en 2018 à Saint-André, il a déjà été condamné à 20 ans de réclusion criminelle en 2021.

"Je clame mon innocence, j’ai pris 20 ans de prison pour rien", déclare Cédric Babas, ce jeudi 24 mars, à l’ouverture de l’audience à la cour d’Assises de Saint-Denis.

Son procès en appel se tient jusqu’à demain vendredi. Poursuivi pour le meurtre d’Elianna en 2018 à Saint-André, il a déjà été condamné à 20 ans de réclusion criminelle en 2021.

Une nouvelle expertise demandée

Cédric Babas conteste sa peine. Son avocat croit aussi en l’innocence de son client. Il demande un renvoi du procès et une nouvelle expertise sur la petite Elianna, "afin de déterminer les causes exactes du décès", dit-il.

"Je suis convaincue qu’une possibilité n’a pas été examinée par les experts, assure Fabian Gorce, avocat de Cédric Babas. Mme Guilgori s’étant alcoolisée pendant sa grossesse, Elianna a pu avoir des organes détériorés", avant le drame. Selon l’avocat de la défense, "Babas est le coupable idéal et facile, car il a déjà été condamné pour des violences". Il "déplore que Pascaline Guilgori ait été acquittée".

"On arrêtera jamais dans l'horreur"

De son côté, l'avocat des parties civiles s'insurge. "C’est une manœuvre insolente, dilatoire et inhumaine", assure Georges André Hoarau qui demande "pourquoi cette expertise n’a pas été demandée en première instance ? "

"Une petite fille a été tuée sauvagement, rappelle le bâtonnier. Le simple fait de faire appel est un scandale car on va déranger l’âme de cette petite fille. Cet avocat demande une nouvelle expertise, et donc l’exhumation de ce petit cadavre. On arrêtera jamais dans l’horreur".

Regardez les précisions de Réunion La 1ère : 

Meurtre d'Eliana : début du procès en appel

Les attentes de la famille d’Elianna

La cour prendra sa décision, demain, vendredi 25 mars, après avoir entendu les experts. Il est peu probable qu’elle accède à cette demande de la défense.

Ce procès est un moment difficile pour la famille d’Elianna qui doit revivre une nouvelle fois ce drame, quatre ans plus tard. "J’espère que nous aurons des réponses", confie Natacha, la tante de la petite Elianna. "Malheureusement, on revit encore ça, c’est très difficile, souffle-t-elle. On attend la vérité. On ne sait toujours pas comment Elianna est décédée".  

Un procès, mais pas de réponse

Le 28 mars 2018, la petite Elianna était retrouvée morte à son domicile de Champ-Borne à Saint-André. L’autopsie révèlera que la fillette a succombé à des coups violents. Son ti père, Cédric Babas, et Pascaline Guilgori, sa mère, étaient les seules personnes présentes dans la maison au moment du décès. Très vite mis en examen, ils sont placés en détention pour violences ayant entraînées la mort sans intention de la donner.

Lors du procès en mai 2021, trois ans après le drame, les deux accusés se rejetaient la responsabilité de la mort de la fillette. Déjà condamné pour violences sur mineur, Cédric Babas écopera de vingt ans de réclusion criminelle. Pascaline Guilgori sera quant à elle acquittée.