Municipales 2020 : la circulaire Castaner fait polémique

politique
20170617 vote
©Gilbert Hoair (Réunion la 1ère)
A moins de deux mois du premier tour des municipales, une circulaire du ministère de l’Intérieur suscite la polémique. Elle impose aux préfets de ne plus attribuer de couleur politique aux listes des communes de moins de 9 000 habitants. Sept communes réunionnaises sont concernées.

 
La circulaire Castaner, qui est arrivée sur le bureau des préfets le 7 janvier, risque de rebattre les cartes des élections municipales des 15 et 22 mars 2020. De nouvelles règles qui impliquent que 33 869 communes de moins de 9 000 habitants ne seront pas prises en compte dans l’attribution d’une couleur politique au niveau national. Cela représente 96% des communes françaises dont 7 réunionnaises (Cilaos, Entre-Deux, Plaine des Palmistes, Saint-Philippe, Sainte-Rose, Salazie et Trois-Bassins). 
 

Que dit la circulaire ?


Le document, signé par Christophe Castaner, réglemente le classement national des candidats au soir des élections. Les préfets attribuent ainsi une nuance politique à chacun des vainqueurs, qu’ils soient investis par un parti ou sans étiquette, en fonction d’une liste de critères préétablis par la circulaire du ministère de l’Intérieur. Une vingtaine de nuances politiques y sont indiquées comme Divers Gauche, Socialiste, Républicains ou encore La République en Marche. Ce classement permet ainsi de calculer les performances de chaque formation politique sur le territoire français.
Initialement, comme lors des municipales de 2014, les préfets prenaient en compte les communes de plus de 1 000 habitants pour établir ce palmarès. Mais la circulaire Castaner rebat les cartes des prochaines élections. Les préfectures feront désormais cette classification uniquement dans les communes de 9 000 habitants et plus.
 

Une circulaire qui fait polémique


Un nouveau nuançage qui fait couler de l’encre car 1 électeur sur 2 ne sera pas comptabilisé dans les résultats nationaux. Par ailleurs, de nombreuses voix s’élèvent contre cette circulaire qui favorise le parti présidentiel, La République en Marche, dont l’implantation locale n’est pas forte.

L’émission « L’œil du 20h » de France 2 prend ainsi pour exemple les dernières Européennes. Election où, en France sur 34 listes candidates, le Rassemblement National, parti de Marine Le Pen, est arrivé en tête avec 23.3% des suffrages suivi de LaRem avec 22.4%. Mais si seules les communes de 9 000 habitants et plus, incluant les sous-préfectures, étaient prises en compte, le parti présidentiel serait arrivé en tête avec même 5 points de plus que le RN.
 
Stéphane Fouassin, président de l'Association des Maires de La Réunion fait part de son indignation sur les réseaux sociaux: "Encore un scandale SALAZIE, la plaine des palmistes sainte rose saint Philippe petite île Cilaos, trois bassins ........tout simplement rayés de la carte nationale des résultats des municipales .... le gouvernement trafique les résultats à son avantage encore ......"

Vive réaction de Marine Le Pen également sur Twitter:
Deux conseillers municipaux de l’Ain ont ainsi déposé un recours en référé devant le Conseil d’Etat contre cette circulaire. Ils seront entendus le 24 janvier.




 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live