Naufrage du Tresta Star : des boulettes de fuel à l'Anse des Cascades, à Sainte-Rose

cyclones
Tresta Star
©Willy Fontaine
Des boulettes de fioul ont été repérées à l'Anse des Cascades à Sainte-Rose. Des analyses sont en cours pour savoir si elles proviennent du Tresta Star. Ce mercredi 23 février, l'épave se disloque encore. Le navire ne peut plus être récupéré et devrait être découpé à La Réunion.

Après le naufrage du bateau mauricien, Tresta Star, dans le Sud de l'Ile, des boulettes de fioul ont été repérées ces dernières heures sur le site touristique de l'Anse des Cascades, à Sainte-Rose.  

Des analyses en cours, mais peu de doute 

Il y a peu de doute sur leur provenance, mais des analyses sont en cours pour confirmer qu'elles viennent bien du pétrolier qui s'est échoué, au Tremblet, lors du passage du cyclone Batsirai le 3 février dernier. Depuis, le navire se disloque. Son état s'est encore dégradé après le passage du cyclone Emnati.  

Des boulettes qui vont revenir régulièrement sur le littoral  

"Le fioul va s'agréger, devenir plus lourd que l'eau et couler. Régulièrement, avec de fortes houles, des boulettes qui sont au fond vont venir s'échouer sur le littoral, prévient Eric Mevellec, directeur de la mer. C'est à l'Anse des Cascades aujourd'hui, ça pourrait être ailleurs demain, ça devrait toujours être en petite quantité".

Regardez son interview sur Réunion La 1ère : 

Interview Eric Mevellec : tresta Star : le bateau sera démonté

La nappe s'est disloquée  

Une bonne nouvelle tout de même : "il n'y a plus de pollution en mer", assure Eric Mevellec, directeur de la mer. "Tous les jours un hélicoptère survole la zone et des patrouilles sont menées par nos équipes du plan Polmar terre, et la nappe s'est disloquée", affirme-t-il.  

Le navire devrait être découpé sur place  

A ce jour, il est clair que le navire ne peut plus être récupéré. "On ne le déséchouera pas, et on ne le sortira pas comme ça, explique Eric Mevellec, directeur de la mer. La solution envisageable est un découpage sur place".  

En pleine saison cyclonique, c'est une véritable course contre la montre qui s'est engagée pour gérer l'épave du navire mauricien.