réunion
info locale

Le smog, le phénomène climatique qui plonge La Réunion dans la brume

météo
Depuis hier, La Réunion est plongée dans la brume.
Image d'illustration ©Météo France
Vous vous en êtes sûrement aperçu ! Depuis hier, La Réunion est plongée dans un voile de brume. Le brouillard est persistant et le phénomène est bien connu. Il s'agit du smog qui est dû en partie aux feux de biomasse qui sont en cours en Afrique. Explications.
Si vous levez les yeux au ciel, vous pouvez apercevoir depuis hier un voile brumeux sur La Réunion. Ce paysage fait penser à un ciel au moment d'une éruption du Piton de la Fournaise ou en période d’incendies.

Si les cirques, les sommets et les principaux reliefs de l’île restent bien ensoleillés, dans les bas, il y a comme un brouillard persistant. Il s'agit du "smog", un phénomène climatique qui a déjà eu lieu à La Réunion et qui est dû en partie aux incendies en cours en Afrique et à Madagascar. Chaque année à cette période, les feux de biomasse sont allumés sur les terres agricoles.
 

Le "smog", un phénomène climatique

Selon Météo France Réunion, la situation climatique actuelle "favorise l'aspect brumeux du ciel aujourd'hui, en concentrant les polluants issus des feux de végétation africains". En effet, les météorologues expliquent que "par temps d'alizé, quand l'inversion de température est basse (elle se situe aujourd'hui vers 1500m), l'humidité est piégée sous cette inversion. Les nuages sont bloqués à mi-pentes".
  

Des incendies en Afrique

Un phénomène similaire avait eu lieu l’an dernier à la même période. Le smog se caractérise aussi par une forte concentration d’ozone dans l’atmosphère, ce que confirme le site d’Atmo Réunion sur cette journée avec une concentration d’ozone supérieure à la normale.

Dans un rapport, l'Atmo précise que "les travaux menés par le Laboratoire de l’Atmosphère et des Cyclones (LACy) ont montré que durant l’hiver austral, la couche limite et la troposphère au-dessus de La Réunion sont impactées par des polluants primaires et secondaires issus du brûlage de la biomasse qui ont lieu annuellement en Afrique et à Madagascar". "Ces polluants (dont l’ozone) sont transportés au Sud-Ouest de l’Océan Indien et ont tendance à impacter plus particulièrement les hauts de l’île", souligne l'Atmo.
 

Note d’information de l'Atmo sur le phénomène


Jusqu'à dimanche

Sur sa page Facebook "Actus Météo 974" expose également cette hypothèse et publie une cartographie de ces incendies. "La saison sèche est maintenant bien installée sur le sud de l'Afrique, et la production de poussières et d'aérosols y est maximale, à cause des nombreux feux et incendies qui sont allumés malheureusement à cette saison, et aussi à cause des poussières arrachées par le vent au-dessus des régions arides et semi-arides du sud de l'Afrique".

Ce voile brumeux pourrait disparaître dès ce week-end avec l’arrivée d’un front froid dimanche.
 
 
Publicité