One Ocean Summit de Brest : la voix des pays de la zone Sud-Ouest de l'océan Indien entendue

écologie
grandes marées pleine lune lune nouvelle d'hiver austral coraux à nus lagon 020920
©Réserve Nationale Marine de La Réunion
L'avenir des océans au cœur des préoccupations du One Ocean Summit qui a débuté, mercredi à Brest. Le Kenya a insisté sur la pollution plastique et ses conséquences sur l'environnement. Les Maldives ont rappelé l'urgence de limiter le changement. Les coraux abritent plus de 25% de la vie marine.

Samedi 12 février 2022 se refermera les portes du One Ocean Summit qui se tient à Brest, depuis mercredi, comme l'écrit France 3. Une fois de plus, des experts sont invités à présenter leurs travaux sur les dangers de la pollution pour les océans, les risques liés au changement climatique et à la raréfaction des ressources due à la surpêche. 

Les auditeurs ont été marqués par l'intervention de Diane Beaumenay pour le Kenya. Elle a rappelé la nécessité de bannir les sachets plastiques de toute urgence. La majorité termine dans une poubelle, puis dans une décharge, avant de dériver dans les océans. Les plages des pays les plus reculées de la planète sont recouvertes de cette pollution et ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Plus de 8 000 milliards de microbilles arrivent tous les jours dans les mers du monde, précise le Huffingtonpost.

Diane Beaumenay, représentante du Kenya, lors du One Ocean Summit de Brest 9 février 2022
©Capture d'écran One Ocean Summit

Les coraux meurent aux Maldives

 

Les coraux, qui occupent 2% des océans, sont le berceau de 25% de la vie marine. Voilà des décennies que les scientifiques et les peuples qui vivent sur des îles reculées alertent sur la mort de cet écosystème. Le corail blanchit ! Des amoureux de la nature luttent à travers la planète pour enrayer cette fin inéluctable. Malheureusement, un récif blanc et un récif mort ! Toute la vie qui est attachée à lui disparaît. Il suffit de marcher sur une plage des Seychelles, de Mada, de La Réunion, Maurice ou des Maldives, de plonger dans les lagons pour comprendre l'urgence ! 

Pour remédier à cette disparition d'une grande partie de la biodiversité marine, des passionnés tentent de cultiver le corail. Les différentes expériences offrent des résultats, mais seules permettront-elles de sauver nos barrières ? Aujourd'hui, 60% des coraux sont en danger comme le montre ce reportage de France 2.