Des parents lancent deux pétitions pour demander la réouverture des écoles à La Réunion

éducation
Enfant allant à l'école, image d'illustration
(Photo d'illustration). ©Imaz Press
Des parents ont lancé deux pétitions pour demander la réouverture des écoles à La Réunion. Dans l’île, plus de la moitié des maires refuse d’ouvrir les écoles le 18 mai prochain.
La majorité des maires de La Réunion ont décidé de ne pas rouvrir les écoles, le 18 mai prochain. A Saint-Joseph, Bras-Panon, Saint-Philippe, Saint-André, le Tampon, Sainte-Marie, Saint-Paul, Saint-Benoît, Le Port, La Plaine-des-Palmistes, Saint-Leu, l'Etang-Salé, Sainte-Suzanne, Saint-Pierre et Saint-Louis, les écoles resteront fermées. Retrouvez notre carte ici.
 

Deux pétitions

Une situation qui agace certains parents. Ils ont lancé deux pétitions pour demander aux maires d’ouvrir les écoles. Ces parents s’inquiètent des marmailles en situation de décrochage scolaire.

A Saint-Paul et Saint-Pierre notamment, des parents pointent du doigt ces décisions de maires, qui refusent la réouverture des écoles, sous prétexte de "moyens insuffisants pour garantir la sécurité sanitaire des enfants", mais qui ont demandé la réouverture des plages. Des parents y voient "une contradiction". Les signataires de la pétition demandent au moins la réouverture des écoles pour les enfants des familles les plus démunies, et les enfants des parents qui travaillent.
 

Des problèmes de garde

Ce mardi matin, des enfants de primaire ont repris le chemin de l’école dans l’Hexagone où le coronavirus circule davantage qu’à La Réunion. Même si beaucoup de parents refusent de remettre leurs enfants à l’école, à La Réunion ils aimeraient avoir le choix, disent-ils. En métropole, 80% des écoles vont rouvrir, "pourtant les maires n'ont pas plus de moyens qu'à La Réunion", soulignent certaines familles.

Lundi, dans l'île, certains parents qui doivent reprendre le travail, auront des problèmes de garde. Les familles signataires de ces pétitions estiment qu’elles sont pénalisées par la décision de leur maire.

En revanche, pour le syndicat d’enseignants SAIPER, le respect des gestes barrières est impossible dans les écoles. Dans un communiqué publié ce mardi 12 mai, il se prononce contre la reprise de cours.