Pas de reconfinement à La Réunion, mais les mesures de lutte contre le covid sont prolongées jusqu'au 7 mai

coronavirus
Jacques Billant, préfet de La Réunion.
"Au regard de la situation, je vais demander au gouvernement de me confier des pouvoirs accrus" a déclaré Jacques Billant en précisant qu'il envisage de "remettre en place le couvre-feu". ©Imaz Press

Le préfet de La Réunion, Jacques Billant, annonce ce mercredi 21 avril la prolongation des mesures en vigueur jusqu’au 7 mai, pour lutter contre le covid. Les motifs impérieux sont revus. La semaine prochaine, le couvre-feu à 19h et l’ouverture des terrasses seront à l’étude.

"Nous sommes en meilleure posture qu’il y a trois semaines, ce qui nous permet de ne pas prononcer de mesure de confinement", déclare le préfet de La Réunion, ce mercredi 21 avril. Lors d’une conférence de presse, Jacques Billant annonce la prolongation des mesures de restrictions actuelles jusqu’au 7 mai pour lutter contre le covid-19.

Jusqu’au 7 mai

Couvre-feu de 18h à 5h, fermeture prolongée des bars, restaurants, salles de cinéma, de spectacles, de sports et des surfaces commerciales de plus de 10 000 m2 : toutes ces mesures en vigueur depuis le 6 avril sont prolongées jusqu’au 7 mai.

"Les mesures ont porté leurs fruits, la situation sanitaire s’est améliorée pour éviter le confinement, mais pas pour lever les restrictions en place, elles sont donc reconduites pour deux semaines", explique le préfet.

Vers un recul du couvre-feu à 19h et l'ouverture des terrasses ?

Jacques Billant annonce toutefois que la possibilité de reculer le couvre-feu à 19h, et l’ouverture des restaurants en terrasse seront étudiées dès la semaine prochaine avec les maires. Le préfet intitule cela une "clause de revoyure". "Il faut se préparer à diminuer progressivement ces mesures de restrictions dès que la situation le permettra", poursuit Jacques Billant.

 

Les motifs impérieux revus

Le préfet de La Réunion a aussi annoncé une révision des motifs impérieux. Les personnes qui doivent assister à l’enterrement d'un proche ou à une fin de vie n’auront plus à s'enregistrer sur la plateforme de la préfecture, "au vue de l’urgence". Elles pourront désormais se rendre à l'aéroport avec un certificat de décès ou de fin de vie.

Par ailleurs, pour les personnes en situation de "célibat géographique", la visite à son conjoint sera considérée comme motif impérieux, dès le 24 avril. D’ici aux vacances scolaires, les autorités vont étudier la possibilité de faire d’un motif impérieux la venue des grands-parents pour garder les petits-enfants, ainsi que l’accompagnement des parents en métropole pour installer leur enfant étudiant. Le préfet annonce aussi que La Réunion participera aux travaux sur la mise en place du "pass sanitaire".

Des indicateurs contrastés

Selon le préfet, Jacques Billant, "les indicateurs montrent une situation contrastée" à La Réunion. "Le taux d’incidence est stable depuis trois semaines, aux alentours de 107 soit au-dessus du seuil d’alerte de 100 pour 100 000", explique le préfet qui se satisfait que "les fêtes de Pâques ne se soient pas traduites par une dégradation de la situation". Du 10 au 16 avril, La Réunion compte 918 nouveaux cas de covid-19.

Du côté du système hospitalier, 92 personnes sont actuellement en unité covid, dont 35 en service de réanimation. "La charge qui pèse sur le système de santé reste élevée, d’autant que l’épidémie de dengue continue de progresser, souligne le préfet de La Réunion. Toutefois, la pression hospitalière a baissé, les évacuations sanitaires sont marginales, ce qui permet de reprendre les opérations les plus urgentes". Selon le préfet, d’autres signes sont encourageants comme "le taux de positivité qui est de 3,7 %, alors que les dépistages ont augmenté de 10 %".

La vaccination élargie aux plus de 55 ans

A ce jour, 9% des Réunionnais sont vaccinés. Les autorités annoncent un nouvel élargissement des publics prioritaires à la vaccination.

"Dès demain, toute personne âgée de plus de 55 ans pourra être vaccinée, soit 170 000 personnes éligibles à la vaccination", annonce Martine Ladoucette, directrice générale l’Agence Régionale de Santé de La Réunion. De nouvelles professions rejoignent aussi la liste des publics prioritaires : les conducteurs de transports (bus, livreurs, routiers, taxi...), les agents d’entretiens, de gardiennage et de sécurité, les salariés des abattoirs, et les professionnels des pompes funèbres.

Depuis cette semaine, les professeurs, ATSEM, AESH, professionnels de la jeunesse et de l'éducation, mais aussi forces de l'ordre, gendarmes, policiers et personnels pénitentaires sont déjà éligibles à la vaccination.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

Ce mercredi, la vaccination est élargie aux professionnels de l’éducation, la petite enfance et les forces de l’ordre

 

Des doses de vaccins supplémentaires

La directrice générale l’Agence Régionale de Santé de La Réunion confirme l’arrivée des 15 000 doses du vaccin Janssen d’ici la fin du mois d’avril, et annonce 3000 doses supplémentaires. Elles seront distribuées dès la première semaine de mai.

Pour accélérer encore la cadence, les neufs centre de vaccination ouverts dans l’île le resteront durant les jours fériés du mois de mai. Quatre nouvelles lignes de vaccination sont créées dans les centres de Pierrefonds, Saint-André, Saint Denis et du CHOR pour un potentiel de 252 injections supplémentaires journalières.

De plus, 175 pharmaciens et 400 médecins sont actuellement volontaires pour vacciner. Dès la semaine prochaine, ils pourront doubler leur capacité de vaccination. "Au 30 avril, 79 000 personnes auront reçu une dose du vaccin Pfizer, assure Martine Ladoucette. D’ici fin mai, notre objectif est de vacciner 85 % de la population éligible". Selon elle, la vaccination reste "l’arme la plus puissante contre le virus".