Pas de surmortalité à La Réunion depuis le début de l'épidémie de coronavirus

coronavirus
Le personnel du CHU de Bellepierre à Saint-Denis.
Le personnel du CHU de Bellepierre à Saint-Denis. ©Imaz Press
Dans une étude publiée, mardi 12 mai, l’Insee remarque qu’il n’y a pas de surmortalité à La Réunion depuis le début de la crise du coronavirus. L’île est aussi touchée par l’épidémie de dengue, mais le nombre de décès reste identique à ceux de 2018 et 2019.
Il n’y a pas de surmortalité constatée à La Réunion depuis le début de la crise du coronavirus. « Les circonstances actuelles, où se conjuguent pandémie du Covid-19 et épidémie de dengue, n’entrainent pas de surmortalité sur l’île », révèle une étude de l’Insee publiée ce mardi 12 mai.

Durant cette pandémie de Covid-19, l’Insee publie, chaque semaine, des statistiques sur le nombre de décès par jour et par département.
 

Une légère baisse du nombre de décès

Selon l’Insee, « le nombre de décès survenus à La Réunion entre le 1er mars et le 26 avril 2020 baisse légèrement par rapport aux mêmes périodes de 2018 et 2019 ». Entre le 1er mars et le 26 avril 2020, 729 décès sont survenus à La Réunion. Le nombre des décès est ainsi plus faible que sur les mêmes périodes de 2019 (-4%) et de 2018 (-9%).
 

Plus de décès à domicile

L’Insee remarque toutefois que le « lieu et donc les circonstances des décès sont un peu différents des années précédentes ». Le nombre de décès survenus à domicile a augmenté (45 décès de plus, soit +14% par rapport à 2019 et +1% par rapport à 2018). « A contrario, les décès enregistrés à l’hôpital et dans les cliniques se sont nettement réduits : 53 décès de moins qu’en 2019 y sont survenus entre le 1er mars et le 20avril 2020 (-15%) », est-il précisé dans l’étude.
 

Moins d’accidents durant le confinement

Toujours selon l’Insee, « sur la période, 537 seniors de 65 ans ou plus sont décédés à La Réunion, soit autant que l’année précédente. Le nombre de décès a quant à lui reculé sensiblement pour les moins de 50ans (-26%). « Il y a eu moins d’activités à risques du fait du confinement entraînent notamment moins d’accidents, notamment routiers », remarque l’Insee. 

Davantage de femmes sont décédées en mars-avril 2020 que les années précédentes (+9% par rapport à 2019) et moins d’hommes (-15%, surtout aux âges jeunes du fait de la baisse des accidents).