publicité

La pêche des bichiques est réglementée

Pêcheurs de loisir et pêcheurs professionnels de bichiques vont devoir se conformer à la nouvelle réglementation. Vouves et "filets-moustiquaires" doivent respecter des dimensions précises. Des mesures indispensables pour préserver le "caviar péï".

© Henry-Claude Elma
© Henry-Claude Elma
  • Par Fabrice Floch
  • Publié le , mis à jour le
La pêche aux bichiques est interdite de la nouvelle lune à la pleine lune de mars, tant à l’embouchure que dans la zone comprise entre ladite embouchure et la limite séparative des réglementations maritime et terrestre en matière de pêche, dans les rivières, ravines, canaux et étangs.
En outre, un chenal d’une largeur minimum de deux mètres sis à l’emplacement du thalweg doit être maintenu pendant toute l’année pour permettre une remontée constante des bichiques dans les rivières et étangs.

Pour les pêcheurs de loisir
L’utilisation d’une vouve à bichiques est autorisée. La vouve doit être constituée de fibres végétales et son diamètre ne doit pas excéder 80 centimètres. En revanche l’utilisation de filets moustiquaires est interdite.

Pour les pêcheurs professionnels
Le patron pêcheur, s’il le souhaite, pourra utiliser la vouve à bichiques et, sous certaines conditions, un filet moustiquaire ayant une surface maximum de 25 m². Il est interdit d’accoler plusieurs filets moustiquaires de manière à porter la surface totale à plus de 25 m².
La manœuvre des filets ne pourra être effectuée que par des marins professionnels.
Il est interdit d’utiliser de tels filets au droit de l’embouchure des rivières et à l’intérieur d’une zone s’étendant sur 200 mètres (100 mètres de part et d’autre de l’embouchure).
Le patron pêcheur souhaitant utiliser un filet-moustiquaire devra en faire la déclaration auprès de la direction de la mer sud océan Indien (service des activités maritimes au Port).

Les contrevenants qui ne respectent pas ces règles mettent des ressources en péril et s'exposent par conséquent à des amendes pouvant aller jusqu'à 22 500 € (cf. article L945-4 du code rural et de la pêche maritime), voire à des poursuites devant les tribunaux.

Sur le même thème

  • pêche

    La mairie fait le ménage au Port de Sainte-Rose

    17 pêcheurs professionnels et retraités ont signé ce matin, des contrats leur attribuant une place à quai. Une grande première pour la commune de Sainte-Rose. Le but de cette opération : se mettre en conformité avec la loi. En 2017, la Cour des Comptes avait épinglé la gestion du port.

     

  • pêche

    Les petits pêcheurs en guerre contre le poisson importé

    Inquiets quant à la régulation du marché local entre les poissons pêchés près de nos côtes et ceux importés, les pêcheurs-artisans refusent de négocier avec l’Association réunionnaise interprofessionnelle de la pêche et de l'aquaculture, accusée de favoriser les produits d’importation.

  • pêche

    Les femmes de pêcheurs se mobilisent

    C’est un appel à l’aide que lance ce samedi 14 avril le Collectif des Femmes de Pêcheurs de La Réunion. La pêche artisanale est en souffrance, mais avec elle ses acteurs et leurs familles.

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play