Perte de chiffre d’affaire, chômage : les conséquences de la fermeture des galeries marchandes de trois centres commerciaux

coronavirus
(photo d'illustration)
(photo d'illustration) ©Imaz Press

Face à la dégradation de la situation sanitaire à La Réunion, le préfet ferme les galeries marchande de trois centres commerciaux de l’île dès ce jeudi. Conséquence : la perte de chiffre d’affaire en pleine période de soldes, mais aussi la mise en chômage de salariés.

Depuis ce matin, des dizaines de commerces de trois galeries marchandes de l’île gardent leur rideau baissé.

Trois centres commerciaux

Hier, mercredi 11 février, le préfet de La Réunion, Jacques Billant, a annoncé la fermeture des galeries marchandes des centres commerciaux de Duparc à Sainte-Marie, Grand-Est à Sainte-Suzanne et Cap Sacré Cœur au Port. L’objectif : limiter la propagation du coronavirus et de ses variants alors que le taux d’incidence a dépassé les 50 cas pour 100 000 habitants.

Perte de chiffre d’affaire, salariés au chômage : la fermeture des commerces de ces galeries est un nouveau coup dur pour l’économie locale. La décision intervient en pleine période de soldes et à la veille de la Saint-Valentin et ses opérations commerciales.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

Perte de chiffre d’affaire et salariés au chômage : les conséquences de la fermeture de trois centres commerciaux de l’île

 

Un nouveau coup dur

"C’est un nouveau coup dur pour les commerçants des galeries concernées, on ne s’attendait pas à une mesure aussi précipitée, commente Paul François, Président du CCSR (centre commercial super régional). Nous avons déjà eu une fermeture lors du confinement, et l’année d’avant c’était les Gilets Jaunes, nous sortons déjà de deux années compliquées".

Les commerçants sont en colère. "Il n’y a pas eu de cluster dans nos magasins et les clients portent tous des masques, poursuit Paul François. Ces fermetures ne vont pas permettre un recul de l’épidémie".

Reporter les soldes

Dans les galeries de ces trois centres commerciaux, seuls les restaurants et espaces d'alimentation restent ouverts.

Le dispositif de chômage partiel et le fond de solidarité pourront aider les entreprises concernées par cette fermeture. Pour Joël Dalleau, secrétaire général du syndicat commerce et services de la CFDT, "il faudrait reporter la période des soldes, pour permettre aux petits commerçants de ces galeries de se maintenir".

Une jauge à respecter

Dans les centres commerciaux concernés par ces fermetures de galerie, toute l’organisation est revue pour davantage de sécurité. "Nous avons mis un comptage par infrarouge à chaque entrée du magasin, explique Jonathan Armand, responsable de la sécurité du supermarché RunMarket à Duparc, à Sainte-Marie. Il nous donne en temps réel l’effectif dans le supermarché. De plus, des agents de sécurité sont postés à chaque entrée et si la jauge est atteinte, les agents mettent en place un filtrage pour limiter l’accès à l’hypermarché". Du gel hydroalcoolique est aussi distribué dans plusieurs points du centre commercial de Duparc qui peut désormais accueillir 600 personnes pour respecter la jauge de 10m² par personne.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

Comment s’organisent les quatre galeries commerciales fermées par le préfet ?