Piton de la Fournaise : 90 séismes enregistrés en dix jours

catastrophes naturelles
Le Piton de la Fournaise.
Le Piton de la Fournaise. ©Imaz Press

L'activité sismique est plus que soutenue au Piton de la Fournaise. L'observatoire volcanologique de La Réunion a enregistré 90 séismes entre le 13 mars et le 21 mars 2021.

Depuis le 13 mars dernier, ça bouge beaucoup sous le Piton de la Fournaise. Et cette activité sismique se poursuit. En l'espace de dix jours, entre le 13 et le 21 mars, l'Observatoire volcanologique de La Réunion a ainsi enregistré 90 séismes volcano-tectoniques, "de magnitude comprise entre < 1 et 1,8".

Ils sont localisés sous le cratère Dolomieu entre 0,2 et 0,9 km au dessus du niveau de la mer, soit entre 1,6 et 2,3 km de profondeur, précisent les spécialistes du volcan.

Carte de localisation des séismes enregistrés entre le 13 et le 21 mars 2021
Carte de localisation des séismes enregistrés entre le 13 et le 21 mars 2021 ©Observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise

2km sous le Dolomieu

Cette sismicité est accompagnée d’une reprise du gonflement de l’édifice du Piton de la Fournaise. La source à l’origine de cette inflation est localisée à environ 2 km de profondeur sous le cratère Dolomieu, "au niveau du réservoir magmatique superficiel".

"Les flux de dioxyde de carbone (CO2) dans le sol sont toujours en augmentation, notamment sur les flancs du volcan en champ lointain (secteurs Plaine des Cafres et Plaine des Palmistes), indiquent les spécialistes du volcan. Le CO2 étant le premier gaz à être libéré du magma à grande profondeur (depuis le manteau), sa détection en champ lointain est souvent associée à une remontée profonde de magma".

Le risque d'éruption n'est pas écarté

Cette remontée profonde de magma est à l’origine de la pressurisation du réservoir magmatique superficiel, et de la sismicité et de l’inflation qui y sont associées.

Ce processus de recharge depuis les profondeurs vers le réservoir superficiel peut durer plusieurs jours à plusieurs semaines avant que le toit du réservoir ne se fragilise et ne se rompe, donnant ainsi lieu à une injection de magma vers la surface et à une éruption, mais peut également s’arrêter sans donner lieu à brève échéance à une éruption.