Piton de la Fournaise : la crise sismique dure, une éruption à basse altitude sur le flanc Est n’est pas exclue

catastrophes naturelles
Éruption du Piton de la Fournaise, avril 2020.
Éruption du Piton de la Fournaise, avril 2020. ©Imaz Press
L'éruption du Piton de la Fournaise se fait désirer. Une crise sismique est toujours en cours depuis hier midi. "Une situation rare et exceptionnelle", selon l'Observatoire Volcanologique qui a enregistré plus de 2000 séismes et qui n’exclut pas une éruption à basse altitude.
La troisième éruption de l’année se fait désirer et pourrait bien réserver des surprises. Depuis plus de dix huit heures maintenant, la terre tremble sous le Piton de la Fournaise. Le magma remonte en surface. La préfecture de La Réunion a déclenché la phase d’alerte 1 "éruption probable" du dispositif ORSEC Volcan, à 12h30, hier, lundi 28 septembre.
 

Plus de 2000 séismes

Ce mardi matin, l’Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise confirme que la crise sismique se poursuit. "Malgré un ralentissement de l’activité tôt ce matin, le magma continue de migrer vers la surface, explique Aline Peltier, directrice de l’Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise. Cette situation est rare et inhabituelle car la crise sismique dure depuis hier midi et ne s’arrête pas".

Pour autant, le magma finira-t-il par sortir ? "Nous n’écartons aucun scénario", ajoute Aline Peltier qui rappelle que le 3 juillet dernier, "nous avions eu une crise sismique qui avait avorté, le magma était remonté mais pas sorti".
  

Sur le flanc Est

Cette sismicité associée à des déformations montrent une migration du magma en profondeur vers le flanc Est du volcan. Hier soir, l’Observatoire remarquait que "plus les crises sismiques sont longues, plus les fissures éruptives s’ouvrent à basse altitude". "De ce fait l’ouverture de fissures éruptives à basse altitude n’est pas exclue", assurait l’OVPF.

Si ces données se confirment dans les heures qui viennent, cette éruption pourrait bien être visible depuis la Route des Laves.
 

Pluie et brouillard

"L’an dernier, nous avons connu deux éruptions avec des crises sismiques qui avaient duré respectivement neuf et dix heures", rappelle Aline Peltier, directrice de l’Observatoire.

Pour le moment, l’accès du public à l’enclos Fouqué, depuis le sentier du Pas de Bellecombe ou depuis tout autre sentier, est interdit jusqu’à nouvel ordre. Sur le massif du volcan, la météo était particulièrement mauvaise hier soir avec de la pluie et du brouillard.
 

Les éruptions de février et avril

La dernière éruption du Piton de la Fournaise avait eu lieu du 2 au 6 avril. La crise sismique avait duré plus de quatre heures avant que le magma sorte quasiment au même endroit qu’en février, à environ 1900 mètres d’altitude et à 1,7 km du centre du cratère Dolomieu. Une seule fissure avait été observée. Cette éruption en plein confinement avait eu lieu à huit-clos à l’abri des regards. Elle avait donné naissance au Piton Voulvoul, et avait été marquée par la propagation de nombreux cheveux de Pelé sur la Plaine des sables, Sainte-Rose et les communes avoisinantes.

La première éruption de l’année avait eu lieu le 10 février et avait duré six jours. La crise sismique avait duré 25 minutes seulement avant que le magma ne sorte par plusieurs fissures sur le flanc Est du volcan. Cette première éruption de l’année était bien visible depuis la Route des Laves. La bouche éruptive se trouvait à 2000 mètres d’altitude.

Le Piton de la Fournaise est l'un des volcans plus actifs au monde. L'an dernier, il a offert cinq éruptions, la dernière datant du 25 au 27 octobre 2019.