Piton de la Fournaise : les mauvaises conditions météorologiques compliquent l'observation de l'éruption

le piton de la fournaise
Mauvaises conditions météorologiques au volcan
Mauvaises conditions météorologiques au volcan ©Laurent Pirotte
Les conditions météorologiques ne facilitent pas l’observation de l’éruption. Le Piton de la Fournaise s’est réveillé ce lundi 19 septembre. Les appareils de mesure ont confirmé l’apparition d’un trémor volcanique à 7h48. Découvrez les premières images.

Il a fallu attendre quelques minutes avant 12h ce lundi 19 septembre pour avoir une confirmation visuelle. Le Piton de la Fournaise est entré en éruption ce matin. Une crise sismique a débuté à 6h23, déclenchant la phase d’alerte 1 du dispositif ORSEC.

La lave est sortie

C’est ensuite à 7h48 que l’éruption a été confirmée, grâce aux appareils de mesure des scientifiques, puis l’éruption annoncée. Les mauvaises conditions météorologiques n’ont pas permis son observation pendant un long moment.

L’Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise situe l’éruption à l’intérieur de l’enclos sur le flanc Sud Sud-Ouest, aux alentours de 2 200 m d’altitude.

Une confirmation visuelle tardive

La première observation directe de cette nouvelle éruption, depuis le sentier du Piton de Bert, a pu être rapportée peu avant midi par un des scientifiques de l’OVPF. Elle confirme la localisation de l’éruption non loin du cratère Rivals, à l'Est du Piton Kalla et Pelé, a indiqué Philippe Kowalski, le directeur adjoint de l'OVPF.

Eruption Piton de la Fournaise : itw Philippe Kowalski, directeur adjoint de l’OVPF

Pour effectuer les différents constats, l’OVPF doit encore attendre que les conditions météorologiques s’améliorent. Il est dangereux de se rendre sur site lorsque la météo est changeante, indique Aline Peltier.

De mauvaises conditions météorologiques

La pluie n’a pas cessé depuis hier, et ce lundi, du brouillard rend la visibilité très faible, confirme Philippe Kowalski, le directeur adjoint de l’OVPF. Le temps ne devrait pas s’améliorer ce lundi après-midi. Selon les prévisions de Météo France, une amélioration est possible mercredi.

D’où observer l’éruption ?

L’accès à l’enclos est interdit depuis le passage en alerte 1, puis de niveau 2. Pour espérer entrevoir l’éruption, il faudra se rendre au Piton de Bert, en empruntant le sentier sur la bordure Sud de l’enclos. Elle se trouvera alors juste en face.

Mauvaises conditions météorologiques au volcan
Mauvaises conditions météorologiques au volcan ©Laurent Pirotte

Malgré la mauvaise visibilité, un coin de ciel bleu apparaît parfois, laissant espérer une percée providentielle. Certains tentent en tout cas leur chance.

Mauvaises conditions météorologiques au volcan
Mauvaises conditions météorologiques au volcan ©Laurent Pirotte

S'il est facile de se rendre au volcan en voiture, l'observation de l'éruption nécessite tout de même un peu de préparation. Se tenir informer de l'activité du volcan, s'équiper correctement ou encore respirer à travers un linge humide si l'air est trop chargé en gaz, sont des réflexes à connaître. 

Impossible de dire combien de temps durera cette éruption

Cette éruption était attendue depuis la fin de la dernière le 17 janvier dernier, explique Aline Peltier. Depuis, des signaux indiquaient que du magma s’accumulait dans le réservoir magmatique.

Une première intrusion a été constatée le 7 septembre dernier, avec une crise sismique mais sans éruption faute de pression suffisante pour permettre au magma d’arriver en surface. Cette fois-ci, la nouvelle intrusion de ce lundi est arrivée en surface, explique la directrice de l’OVPF.

On sait que depuis 9 mois, le réservoir se réalimentait. Il y a pas mal de magma dans le réservoir, mais c’est impossible à dire si ce magma va sortir en une seule éruption de grande ampleur et de longue dure, ou par plein de petites éruptions.

Aline Peltier, directrice de l’OVPF