réunion
info locale

Plaine-des-Palmistes : la Chambre Régionale des Comptes arrêtera le budget

politique la plaine des palmistes
Mairie de la Plaine-des-Palmistes
©D.R
Avec le rejet du budget primitif hier, samedi, par les élus en conseil municipal, le maire de la Plaine-des-Palmistes se trouve un peu plus encore fragilisé. Les investissements prévus devront attendre les propositions de la Chambre Régionale des Comptes.
Marco Boyer semble de plus en plus isolé. Après le rejet des comptes administratifs en milieu de semaine, hier, samedi 13 avril, c’est le budget prévisionnel de la commune qui a été balayé par l’opposition.

En minorité au sein de son propre conseil municipal depuis plusieurs semaines, le maire de la Plaine-des-Palmistes a pourtant tenté de convaincre les élus du bien-fondé de ce budget. Sans succès.
 

16 voix contre, 11 pour et une abstention

Sans surprise, Marc Luc Boyer fait face, une fois de plus à la défiance de son conseil municipal qui rejette le budget prévisionnel 2019, établi à 16 millions d’euros. Et si le maire de la Plaine-des-Palmistes a passé le plus clair de son temps à justifier de la sincérité de ses comptes, ce rejet apparait presque comme anecdotique.

Dépouillé de ces investissements phares, comme le projet cœur-de-ville ou la destruction de l’Eglise, dès les orientations budgétaires, ce budget prévisionnel est davantage celui d’une gestion des affaires courantes.
 

Quelles suites pour la Plaine-des-Palmistes ?

D’ailleurs le quotidien de la commune ne devrait pas être trop perturbé, le paiement du personnel et des factures vont constituer une priorité. Ce sont davantage les chantiers en cours d’entretien, ou de rénovation qui pourraient être impactés.

Dans quelle mesure ? Il appartient  à la  Chambre Régionale des Comptes de le dire, les magistrats vont éplucher les recettes et les dépenses de ce budget et établir les marges de manœuvre qu’il reste à Marco Boyer jusqu’aux prochaines élections. Car oui, le marie de la Plaine-des-Palmites l’a encore martelé hier, même acculé, il ne compte pas démissionner.
 
Publicité