Plan de déconfinement : reprise le 18 mai sur la base du volontariat pour les écoles et collèges

coronavirus
Enfant allant à l'école, image d'illustration
(Photo d'illustration). ©Imaz Press
Les grands principes du plan de déconfinement ont été présenté hier, mardi. La reprise de l'école débutera le 18 mai pour les élèves réunionnais, excepté pour les lycéens. Une reprise sur la base du volontariat, qui mérite d'être précisé pour les parents d'élèves, syndicats et élus. 
Tous les élèves ne sont pas appelés à reprendre de la même façon. Une reprise de l'école sur la base du volontariat, a précisé le Premier ministre. Il appartiendra donc aux parents de décider si leurs enfants retourneront en classe. On dispose encore de peu d'éléments sur les conditions d'accueil notamement. 

 

Quels enfants retourneront en classe ?

Si le confinement est levé à La Réunion, seuls les maternels et primaires rentreront dès le 18 mai, comme l’a évoqué le rectorat en fin de semaine dernière.

A partir du 18 mai, les collégiens devraient aussi faire leur retour en classe, en commençant par les 6ème et de 5ème, a annoncé Edouard Philippe hier, mardi 28 avril, lors de la présentation du plan de déconfinement du gouvernement.

Pas de retour en classe pour les lycéens avant début juin en revanche. Les lycées professionnels seront les premiers.

Dans les crèches, les enfants pourront être accueillis par groupe de 10, dès le 11mai. L’Etat ne définira pas quels enfants pourront être accueillis ou non, mais recommande une priorité aux enfants des couples ne pouvant exercer en télétravail, des soignants, des enseignants ou encore ceux des familles monoparentales.
 

 

Des masques pour le personnel et les collégiens

Le Premier ministre a aussi évoqué la question des masques. Tout le personnel scolaire devra en être doté, contrairement aux élèves. Ils les porteront quand la distance obligatoire ne sera pas possible.
©Franceinfo

Maternels et primaires n’en porteront pas, excepté si un enfant venait à déclarer les premiers signes de la maladie. Les masques seront par contre obligatoires pour les collégiens, qui devront également les porter dans les transports scolaires. Dans les bus, seule une place sur deux sera occupée.

 

Volontariat et nombre limité d’élèves en classe

Le nombre d’élève par classe sera limité à 15. Les autres seront soit en enseignements à distance soit dans différents locaux. Le choix des 15 élèves, qui suivront les cours en classe, sera organisé localement.

Si le gouvernement décide de rouvrir les écoles, il appartiendra aux parents de décider s’ils souhaitent ou non y envoyer leurs enfants. Le Premier ministre a ainsi confirmé le principe du volontariat, évoqué les jours précédents.

Sur cette question, le consensus n’y est pas. Les parents hésitent, certains ne veulent pas prendre de risques, quand d’autres se montrent confiants. Dans cette famille de Saint-André, ces parents ont choisi pour leurs 6 enfants. Reportage de Delphine Poudroux et Géraldine Blandin.
©Réunion la 1ère

Pour la fédération des conseils de parents d’élèves ces annonces sont tout simplement incompréhensibles.
 

" Personne ne comprend comment on peut déployer autant d’énergie pour seulement 14 jours d’école ", a insisté Daniel Amouny, président départemental de la FCPE.

 

Une rentrée "prématurée" pour la FSU

Les syndicats se posent eux-aussi de nombreuses questions. La FSU prends acte des décisions annoncées mais estime qu’il s’agit d’une rentrée prématurée. La réponse n’est pas satisfaisante pour Marie-Hélène Dor, secrétaire départementale du syndicat.
 

" Si le principe d’un retour échelonné peut s’entendre, force est de constater les incohérences et l’impréparation du gouvernement: s’il s’agissait bien de lutter contre le décrochage scolaire, pourquoi alors faire rentrer d’abord les plus jeunes? Pourquoi sur la base du volontariat? Comment organiser la distanciation sociale dans les écoles quand le bati scolaire montre déjà ses limites en temps normal? Mais surtout, pourquoi une telle précipitation alors que les garanties de protection sanitaire ne sont pas acquises, que d’autres lieux d’accueil du public demeurent fermés (café, restaurants, cinémas,…), que le Conseil Scientifique lui-même y est opposé ? ", écrit la FSU dans un communiqué.

 

Les maires sont dans l’incertitude

Les municipalités auront la charge d’organiser les modalités d’accueil dans les écoles maternelles et primaires. Déjà certains maires ont fait savoir leur désaccord avec cette reprise, c’est le cas de celui de Saint-Joseph, Patrick Lebreton.

Stéphane Fouassin, le président de l’Association des Maires de La Réunion, n’a pas été convaincu par le Premier ministre non plus.
 

" On a aucune garantie sur les finances publiques et o ne sait pas du tout comment nous allons faire sur toutes les dépenses que nous allons engager liées à la rentrée des classes, à la relance économique. Comment budgétairement nous allons pouvoir assumer tout cela ? ", s’interroge le président de l’ADMR.


Une réunion doit avoir lieu ce mercredi 29 avril entre le préfet de La Réunion et les maires pour évoquer plus en détails le plan de confinement, et cette question plus particulièrement.

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live