publicité

Présidentielle à Madagascar : Rajoelina et Ravalomanana en tête au premier tour

Un ex-président malgache et son plus fervent opposant se détachent du premier tour, selon les quelques résultats enregistrés par la Commission Electorale Nationale Indépendante. Toujours, selon ces comptes partiels, le grand perdant serait Hery Rajaonarimanpianina, le président sortant. 

Marc Ravalomanana et Andry Rajoalina semble se détacher du premier tour des présidentielles © Capture d'écran Midi-Madagaskar
© Capture d'écran Midi-Madagaskar Marc Ravalomanana et Andry Rajoalina semble se détacher du premier tour des présidentielles
  • Par Fabrice Floch
  • Publié le
Marc Ravalomanana, 68 ans, a été le président de Madagascar du 6 mai 2002 au 17 mars 2009. Après 7 années passé aux commandes de la Grande île, il est contraint de démissionner et remet le pouvoir à un directoire militaire. 
L'homme d'affaires, patron du groupe agro-alimentaire Tiko symbolise la réussite malgache au début des années 2000. 
L'usure du pouvoir et le besoin de contrôler les médias ont raison de sa popularité. Réélu au premier tour de la présidentielle en 2006, il renonce trois ans plus tard. 
 

Un face-à-face qui s'annonce tendu


Andry Rajoalina, 44 ans, dirige le pays de 2009 à 2014, sans être élu président de la République. Maire de Tananarive, il devient, le président de la haute autorité de la transition le 17 mars 2009. Il a dirigé la contestation qui a conduit Ravalomanana à démissionner. 
Homme d'affaires, il se fait un nom et construit sa fortune dans la publicité. Jeune et photogénique, il incarnait le renouveau. 
Si les premiers résultats se confirment, le face-à-face entre les deux candidats s'annonce tendu. 
 

Absent du second tour


Hery Rajaonarimampiannia, 60 ans, est le président sortant. Il occupait la fonction suprême depuis le 17 janvier 2014. Début 2018, la justice lui demande de quitter ses fonctions. Contesté en interne, il est fragilisé par les accusations qui visent son épouse. Celle-ci a été incarcérée le juin 2017 pour détournement de fonds publics, abus de fonction et favoritisme. 
Ce scrutin présidentiel sonnait donc comme un référendum et la réponse des électeurs est violente. L'ex-président ne sera pas au second tour, même dans les régions qui lui étaient favorables, il peine à trouver des électeurs. 
 

Le 19 décembre 2018


Ce ne sont que des résultats très partiels, mais ils permettent d'avoir une première tendance, si l'on excepte les recours pour les fraudes électorales. L'Express de Madagascar écrit qu'au moins 3,5 % des bulletins ont été abandonnés lors des dépouillements. 
Le prochain tour de cette élection présidentielle est prévu le 19 décembre 2018.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play