réunion
info locale

Projet d'hôtel-golf à l'Etang-Salé : la famille Adekalom rassurée

société
Nicolas Adekalom et Sully Lauret
©Capture d'écran
Menacés d'expulsion sur le terrain agricole qu'ils exploitent dans la forêt de l'Etang-Salé pour cause d'un projet de construction d'un hôtel haut de gamme, Nicolas Adekalom et son cousin Sully Lauret ont obtenu ce vendredi une bonne nouvelle de Cyrille Melchior, le Président du Département.
Bientôt 40 ans que la famille Adekalom mène un combat sans relâche pour garder leur exploitation. Après l'oncle, Thérésien, qui s'est battu dans les années 70 pour préserver "ses terres", c'est au tour de son neveu Nicolas Adekalom et de Sully Lauret de se battre pour poursuivre leur activité d'éleveurs de boeufs et de cabris.

Les parcelles, de 5 et 10 hectares, qu'ils occupent appartiennent au Département et étaient gérées jusque-là par l’ONF. Mais récemment, ces terres ont été promises à une société dans le cadre d'un projet de construction d’un hôtel 5 étoiles sur le golf de l’Etang-Salé. Les deux éleveurs s'interrogent donc sur leur avenir et le devenir de leur exploitation.

Dans ce combat, les deux hommes ont obtenu le soutien d'Huguette Bello qui leur a obtenu ce vendredi 1er juin, un rendez-vous avec Cyrille Melchior, le Président du Département. "Je vais demander que l'exploitation soit préservée et que le golf ne gâche pas l'élevage de bovins dans la forêt de l'Etang-Salé", indique la députée.

Et bonne surprise pour Nicolas Adekalom et Sully Lauret : ils vont pouvoir continuer à occuper les parcelles. "Les terrains laissés à la disposition des familles sont laissés à leur disposition pour leurs exploitations. Il n'y a pas de problème de cohabitation entre le projet d'hôtel à l'Etang-Salé et la poursuite de leur activité agricole", affirme le Président du Département.

Les deux hommes sont repartis rassurés. La disparition d'un héritage et d'une culture n'est pas pour tout de suite. Du moins tant que Cyrille Melchior sera à la tête du Département.

Le reportage de Michelle Bertil et Alix Catherine.
Reportage ©Réunion la 1ère




Publicité