Quel bilan pour les opérations de pêche du Centre Sécurité Requin à La Réunion ?

attaques de requins
Palangre Capr Requin 2
©Archives
Depuis mars 2018, le programme de pêche de prévention du Centre Sécurité Requin a permis de prélever 155 squales. Une opération de capture a eu lieu mardi soir, à Saint-Paul. Reportage.
A la nuit tombée, les pêcheurs de l'ouest sont sur l'eau dans la baie de Saint-Paul. Ils participent à une opération de capture de requins. Dans la nuit de lundi à mardi, un requin tigre de trois mètres a été pêché dans cette zone.

"Le poids de l'appât, la profondeur, nous enregistrons toutes les données", explique Christophe Perry, coordinateur opérationnel de ce programme de pêche préventive. "Nous pêchons dimanche, lundi et mercredi, le matin et le soir. Depuis deux ou trois ans, je pense qu'il y a moins de requins qui passent dans la baie de Saint-Paul", remarque Frédéric Salimina, pêcheur responsable de la zone baie de Saint-Paul.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère : 
©reunion
 

Les palangres verticales

Des thons jaunes ou encore des bonites servent d'appâts. Au bout de la ligne, des drumlines sont installés. Ces dispositifs de pêche sont munis de GPS et de système d'alerte qui réagissent en cas de prise de requin. Il s'agit des "PAVAC" (ou drumlines), qui sont des palangres verticales.

"Ce dispositif est installé près des côtes pour capturer des requins bouledogues et tigres qui pourraient se retrouver près des zones d'activités nautiques et qui pourraient représenter un danger", poursuit Christophe Perry.
 

153 requins prélevés

Cette "pêche de prévention" est réalisée dans le cadre d'actions menées par le CSR, Centre Sécurité Requin afin de "protéger au mieux les usagers de la mer". Des pêches post-observation et post-attaques ont aussi lieu régulièrement, et notamment ces dernières semaines au large de Saint-Pierre et Saint-Leu.

Depuis le début de cette pêche, en mars 2018, 155 requins ont déjà été prélevés, 33 bouledogues et 122 tigres. Des dispositifs ont été installés dans 18 zones.
 

Une pêche "ciblée"

Lors d'une conférence de presse, ce mercredi 18 décembre, le sous-préfet de Saint-Paul, Olivier Tainturier, a défendu une pêche "qui réduit le risque requin". Le système des palangres "PAVAC" a été présenté comme une pêche artisanale et non industrielle. Le CSS défend un programme "cohérent" et "ciblé" sur certaines espèces responsables des attaques mortelles à La Réunion.
 

Jusqu'en 2021

Le programme de "pêche de prévention" va durer jusqu'en 2021. L'an prochain, il y aura une nouveauté. Des marquages acoustiques seront réalisés sur les captures accessoires relâchées. L'objectif est de créer une base de données sur la survie des animaux relâchés, à plus long terme. "Il s'agit aussi d'en savoir plus sur l'occupation des espaces côtiers de l'île", précise le CSR.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live