Quelle place pour le numérique dans le programme des candidats aux municipales ?

élections
fracture numérique ordinateur
image d'illustration ©pixabay
Solidarnum, association du secteur de l'inclusion numérique à La Réunion, s’adresse aux candidats des élections municipales à travers une lettre ouverte en leur demandant quelle est leur positionnement sur la fracture numérique dans l’île.
 
Solidarnum est une association qui se fixe comme objectif de participer activement au développement numérique des Outre-mer, en réduisant la fracture numérique touchant certaines couches sociales ou géographiques. Pour y parvenir, Solidarnum anime un réseau d’acteurs proposant des actions ou des services d’inclusion numérique. La Réunion fait, en effet, partie du « Hub Ultra Numérique », l’un des onze Hubs territoriaux pour un numérique inclusif retenus par l’État en 2019. Ces centres ont la possibilité de mettre en place des projets structurants tout en mobilisant les moyens financiers pour accompagner les acteurs de l’inclusion afin de mettre en place des actions sur le terrain.  

A trois semaines du 1er tour des élections municipales, l’association adresse une lettre ouverte à l’ensemble des candidats dans laquelle elle précise que la fracture numérique, même si elle ne représente pour l’heure qu’une partie des inégalités de développement de l’île, peut à terme prendre une part de plus en plus importante à La Réunion. Solidarnum le justifie en deux point : d’une part le département souffre de « trois fois plus d’illettrisme qu’en Métropole », d’autre part « un quart des français ne sont pas à l’aise avec le numérique.» 

Par ailleurs, Solidarnum poursuit dans les statistiques pour justifier son propos en se basant sur une source INSEE de juin 2019 sur des données de 2017 qui indique :
  • qu’un quart des réunionnais ne se seraient jamais connecté
  • 30% des sondés admettent n’avoir aucune compétence en la matière
  • un tiers des administrés effectue ses démarches en ligne de façon autonome
  • la fracture générationnelle est plus précoce qu’en Métropole, à partir de 45 ans dans l’île.
Dans cette étude de l'INSEE intitulée "Une fracture générationnelle plus précoce et plus prononcée à La Réunion" on découvre également que " le coût et le manque de compétences sont les principaux freins invoqués par ceux qui ne disposent pas d’internet à leur domicile."

Des chiffres qui amènent Solidarnum à pointer du doigt le fait que « de plus en plus de services à la population ne sont rendus qu’après demande et échanges en ligne avec le demandeur, au risque d’accroître la fracture numérique. En effet, comme le constate l'INSEE « L’accès à l’emploi, qui favorise l’usage d’internet, est aussi un frein à La Réunion où le taux de chômage est élevé. »
 

L’inclusion numérique : l’affaire de tous


Dans son communiqué, Solidarnum met en avant l’inclusion numérique et s’interroge sur la place que lui accordent les candidats dans leurs campagnes.

Les avantages d’une population à l’aise avec le numérique ne sont plus à démontrer selon Solidarnum qui adresse donc ces questions directes aux candidats: 
  • accordez-vous déjà l'importance nécessaire à l’inclusion numérique de la population du territoire, sans oublier l'accessibilité numérique nécessaire aux personnes en situation de handicap ?
  • comment prévoyez-vous d’accompagner, voire d’impulser la dynamique nécessaire à son insertion ?
  • prévoyez-vous d’acquérir des Pass Numériques, dispositif destiné à financer des services de médiation numérique et cofinancés par l’État en 2020 à hauteur de 50 % en y candidatant avant le 15 mai 2020 ? 
Les candidats aux municipales qui souhaitent répondre à ces demandes sur la fracture numérique sont invités signer la Charte « Maire partenaire de l’inclusion numérique » disponible sur le site de Solidarnum

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live