"La Réunion ne sera pas reconfinée", mais un "durcissement des mesures" est possible, prévient le préfet qui fera des annonces vendredi

coronavirus
Le préfet et le secrétaire d’Etat, Adrien Taquet, consulte la communauté médicale
Le préfet et le secrétaire d’Etat, Adrien Taquet, consulte la communauté médicale. ©Olivier de Larichaudy
Le préfet de La Réunion a consulté la communauté médicale, jeudi 29 octobre, à l'ARS en présence du secrétaire d’Etat. La Réunion ne sera pas reconfinée ce soir, mais un "durcissement des mesures pourra être opéré", prévient le préfet qui fera des annonces vendredi.
Quelles options existent pour La Réunion ? Le préfet, Jacques Billant, a consulté, ce jeudi 29 octobre, la communauté médicale à l’Agence Régionale de Santé, en présence d’Adrien Taquet. Le secrétaire d'Etat chargé de l'enfance et des familles est actuellement en visite à La Réunion et son programme du jour a été bousculé par les annonces présidentielles. Le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé, mercredi 28 octobre, un reconfinement national et des adaptations pour les Outre-mer. 

Les mesures annoncées par Emmanuel Macron sont "dures mais nécessaires pour provoquer un freinage brutal et massif pour soulager notre système de santé. Cette seconde vague sera plus grave et plus meurtrière que la première", a déclaré Adrien Taquet, secrétaire d’Etat pour qui "il est nécessaire que les mesures à prendre soient adaptées localement dans les Outre-mer en fonction des situations sanitaires".

Regardez le facebook Live de Réunion La 1ère : 

"La Réunion ne sera pas reconfinée ce soir"

Dans la foulée, le préfet, Jacques Billant, a confirmé que "La Réunion ne sera pas confinée ce soir à minuit". "A ce stade, la mesure de reconfinement ne sera pas appliquée à La Réunion car la situation est maîtrisée au regard des chiffres, poursuit le préfet. Pour autant, nous devons amplifier l’application rigoureuse des gestes barrières".
 

Des annonces ce vendredi

"Un durcissement des mesures pourra être opérés, je n’hésiterais pas à cadrer les choses", a prévenu Jacques Billant.

Le préfet doit encore s’entretenir demain, vendredi, avec les élus et les acteurs du monde économique. Vendredi, à 17 heures, avec la directrice générale de l'agence régionale de santé, Martine Ladoucette, le préfet annoncera le dispositif sanitaire qui sera mis en place à La Réunion.
 

Les options étudiées

Plusieurs options existent et sont actuellement étudiées par les autorités : un couvre-feu après 21 heures, un confinement le week-end, ou encore la limitation des vols entre La Réunion et la métropole avec le retour du motif impérieux pour tout voyage. Le retour de la septaine ou de la quatorzaine ne serait pas sur la table, pour le moment.

Depuis hier, de nombreux politiques réunionnais ainsi que la communauté médicale demandent à rendre obligatoire le test de dépistage à J+4 pour les voyageurs de retour de l’Hexagone. Actuellement, les voyageurs doivent effectuer un test PCR 72h avant d’arriver sur l’île et fournir une attestation sur l’honneur prouvant qu'ils n’ont pas été en contact avec une personne porteuse du virus.
 

La situation sanitaire à La Réunion

Si La Réunion est relativement épargnée par l’épidémie, il y a toutefois des "signes d’inquiétude". "Nous sommes à environ 500 cas par semaine, soit en moyenne 50 cas par jour, explique Martine Ladoucette, directrice générale de l’Agence Régionale de Santé. Le rapport d’incidence est de 60 pour 100 000 habitants, soit dix fois moins que la moyenne observée en métropoleé. Toutefois, la directrice générale de l’ARS reconnaît que "la situation n’est pas aussi favorable qu’en octobre, car le nombre de cas par jour est plus important qu’il y a trois semaines". Un important cluster a également été détecté à l’Ehpad des Lataniers.
 

Le reconfinement dans l’Hexagone

Ce jeudi 29 novembre, à 21h30, heure de La Réunion (18h30 dans l'Hexagone), le Premier ministre, Jean Castex, doit préciser les modalités du reconfinement dans l’Hexagone

Emmanuel Macron a annoncé, hier soir, qu’il allait durer au moins jusqu’au 1er décembre. Les crèches, écoles, collèges et lycées restent ouverts. Le télétravail est à privilégier "partout où c'est possible", a précisé le président de la République. Par ailleurs, contrairement au premier confinement, les visites dans les Ehpad et les maisons de retraite seront autorisées, dans le respect des gestes barrières et des mesures sanitaires.

Les réunions privées qui dépassent le cadre du strict noyau familial restent interdites tout comme les rassemblements publics. Les déplacements entre les régions demeurent interdits tout comme les voyages à l'étranger, sauf exception. Les frontières à l'intérieur de l'espace Schengen ne sont pas fermées, au nom de la libre circulation des citoyens européens, mais impossible de les traverser sans un motif valable.