Quelles sont les conditions pour transporter des fruits depuis La Réunion ?

économie
Sous quelles conditions transporter des fruits depuis La Réunion ?
Sous quelles conditions transporter des fruits depuis La Réunion ? ©Imaz Press

Dans un communiqué, la préfecture de La Réunion, détaille ce jeudi 27 mai, les règles en vigueur pour transporter des fruits depuis notre île. Pour certains fruits, il faudra établir un certificat phytosanitaire.

La préfecture de La Réunion, détaille ce jeudi 27 mai, dans un communiqué, les règles en vigueur pour transporter des fruits depuis notre île. Pour certains fruits, il faudra établir un certificat phytosanitaire.

Un règlement européen

Les autorités rappellent que depuis le 14 décembre 2019, un règlement européen impose certaines règles pour l'expédition de végétaux frais depuis les départements et régions d'outre-mer, régions ultrapériphériques européennes, à destination de l'Union européenne continentale dont l’hexagone.

Cette réglementation a pour but de protéger le territoire de l'Europe continentale des introductions d'organismes nuisibles aux végétaux. En parallèle, La Réunion se protège également de l’introduction des organismes nuisibles. Ainsi l’introduction à La Réunion dans les bagages ou par voie postale de végétaux frais n’est pas autorisée.

Ananas, bananes, coco, durian et dattes : pas de déclaration

Certains fruits peuvent être expédiés ou transportés dans les bagages, à destination de l’Europe continentale dont la métropole, sans aucune formalité ou déclaration préalable au voyage ni restriction de quantité : il s'agit des ananas, bananes, noix de coco, durians et dattes.

Un certificat phytosanitaire pour les autres fruits

Les autres fruits et légumes peuvent sans difficulté être expédiés ou transportés dans les bagages, après réalisation d’une démarche préalable auprès de la direction de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DAAF). Ces végétaux doivent être vérifiés par les services de l’État qui s’assureront de l’absence d’organismes nuisibles avant le voyage ou l’expédition du colis et délivreront un certificat phytosanitaire.

 Ce certificat est obligatoire, quelle que soit la quantité de fruits ou légumes expédiée ou transportée. Il est délivré par la DAAF dans ses locaux de Saint-Denis, Saint-Pierre ou à l'aérogare fret de Gillot, sur rendez-vous. Il est conseillé d’effectuer cette démarche au moins 48 heures avant le voyage ou l’envoi du colis.

Pour les colis ?

Pour les particuliers souhaitant envoyer un colis par voie postale qu’ils ont eux-même confectionné:

-          Prendre rendez-vous avec la DAAF pour présenter les fruits ou légumes qui doivent être envoyés.

-          La DAAF examine les produits et délivre un certificat phytosanitaire.

-          Ce certificat doit être introduit dans le colis ou positionné sur le contenant qui est déposé auprès du prestataire postal.

Dans les bagages ? 

Pour emmener des fruits dans ses bagages :

-          Prendre rendez-vous avec la DAAF pour présenter les fruits ou légumes qui doivent être envoyés.

-          La DAAF examine les produits et délivre un certificat phytosanitaire.

-          Ce certificat est conservé par le voyageur. Il pourra être demandé par les services de contrôle à l’arrivée.

Pour envoyer un colis commandé auprès d’un prestataire, les formalités sont réalisées par le professionnel sans démarche spécifique par le particulier.

Mangues, agrumes et piments : l’exportation est interdite

D'autres fruits ne peuvent pas, à ce stade être expédiés ou transportés, car ils peuvent encore comporter des parasites telle notamment la mouche orientale des fruits. Il s'agit des mangues, des agrumes (dont le Combava) et des piments/poivrons.

Les organisations professionnelles travaillent en concertation avec les services de l'État, à ce que les particuliers puissent, dans un futur proche, expédier ces fruits, via un professionnel agréé garantissant l'absence de risques phytosanitaires.