Région Réunion : le budget 2021 fortement influencé par la crise sanitaire

budget
Gilets Jaunes devant La Région
©Jean-Paul Mélade Réunion La 1ère
Les orientations budgétaires pour 2021 étaient présentées aux élus du conseil régional ce mercredi. Le budget d’investissement augmente de 19%, BTP et chantiers du transport en commun en seront bénéficiaires. Le tourisme et les petits commerces seront aussi accompagnés.
La Région Réunion a présenté ce mercredi 25 novembre ses orientations budgétaires pour 2021. Elles seront votées le 16 décembre dans le cadre de l’assemblée plénière. Les chiffres précis seront, eux, communiqué d’ici un mois.

Il s’agit du dernier budget de la seconde mandature de Didier Robert. Un budget fortement influencé par la crise sanitaire du coronavirus, qui poursuivra notamment le plan de relance régional.
 

Soutien à l’économie et aux communes

Le plan "Local Lé Vital" est basé sur 3 axes principaux : les investissements public, le soutien aux communes et ‘accompagnement des entreprises les plus en difficulté. La part de l’investissement augmente de 19%, soit 150 millions d’euros supplémentaires. Il s’élèvera ainsi à 470 millions d’euros.

Didier Robert, le président de Région, était l’invité du journal de Réunion la 1ère.
Assemblée plénière de la Région Réunion itw Didier Robert ©Réunion la 1ère
 

Un mix électrique 100% renouvelable d’ici 2023

Autre sujet évoqué en séance plénière, la Programmation Pluriannuelle de l’Energie pour la période 2019-2028. L’objectif, rappelle la Région, c’est que 100% de l’électricité à La Réunion le soit grâce à des énergies renouvelables d’ici 2023. Aujourd’hui, ce taux s’élève à près de 30%.

Pour atteindre l’objectif fixé, les centrales thermiques à charbon seront reconverties vers la biomasse, avec l’exploitation entre autres de la bagasse mais aussi par le développement de l’énergie éolienne et des panneaux photovoltaïques.
 

Les déchets et l’incinérateur font débat

Le Plan vise également le "Zéro déchet" à l’horizon 2030. Plusieurs projets en termes d’économie circulaire ou de mise en valeur de la matière, comme celui de la construction d’une UVE dans le Sud de l’île, seront menés. Une UVE est une Unité de Valorisation Energétique. Ces détracteurs parlent plutôt d’incinérateur.

La conseillère régionale de la majorité n’a d’ailleurs pas hésité à rappeler son opposition à ce projet. Jean-Paul Virapoullé y est lui favorable, mais il estime qu’il faut aller encore plus loin en matière d’énergies propres. L’ancien sénateur a notamment évoqué l’hydrogène ou encore le GNL, le Gaz Naturel Liquéfié, présent en grande quantité au Mozambique.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live