Régionales : Robert, Bareigts, et Bello en tête des intentions de vote, mais au coude à coude [SONDAGE]

élections
Didier Robert, Ericka Bareigts et Huguette Bello dans un mouchoir de poche
Didier Robert, Ericka Bareigts et Huguette Bello en tête de l'estimation SAGIS au 1er tour ©Réunion la 1ère

Selon un sondage Sagis, pour Réunion 1ère, Le JIR et Imazpress, les candidats en tête des intentions de vote pour le 1er tour des Régionales sont Didier Robert (24%), Ericka Bareigts (23,5%) et Huguette Bello (22,5%). Ils sont au coude à coude, suivis par trois autres candidats.

Un tout premier sondage sur les élections régionales est publié, ce lundi 7 juin. ll est réalisé par Sagis, pour Réunion 1ère, Le JIR et Imaz Press. Ce sondage donne les intentions de vote des Réunionnais pour le premier tour des élections Régionales du 20 juin prochain.

Robert, Bareigts, et Bello au coude à coude

Le président sortant du Conseil Régional, Didier Robert, était la semaine dernière en tête avec 24% d’intentions de vote, devant Ericka Bareigts, maire de Saint-Denis, 23,5% et Huguette Bello, maire de Saint-Paul, 22,5%. Un trio de tête qui se niche dans un mouchoir de poche. Ce sondage a été réalisé du 29 mai au 4 juin.

"Avec les marges d’erreur du sondage, impossible de connaître l’ordre réel entre les trois premiers, ils sont trop proches, nuance Philippe Fabing, directeur des études politiques de Sagis. Les trois premiers faisaient la course en tête la semaine dernière, avec grosso modo entre 20 et 30% d’intentions de votes".

 

Miranville, Lebreton et Hoarau dans un mouchoir de poche

Les trois candidats qui arrivent ensuite sont eux aussi dans un mouchoir de poche. En quatrième position, Vanessa Miranville, maire de La Possession, rassemblerait 8,5% des intentions de vote suivie de Patrick Lebreton, maire de Saint-Joseph, afficherait 8% et d’Olivier Hoarau, maire du Port, 7%.

Là encore, la marge d’erreur du sondage laisse peu de place aux certitudes. "Dans les deux groupes, les candidats sont trop proches les uns des autres, souligne Philippe Fabing. Ces trois candidats plus éloignés cumulent grosso modo entre 5 et 10% des intentions de votes sur la semaine dernière. Les autres listes étaient sous la barre des 5%".

Marchau, Cadet, Payet et Deflore sous les 5%

Les autres listes sont celles de Jean-Pierre Marchau, candidat d’Europe Ecologie Les Verts, qui cumulerait 2% des intentions de vote, soit autant que Philippe Cadet qui mène la liste "Le Projet Réunionnais". En fin de tableau, Jean-Yves Payet, candidat de Lutte Ouvrière rassemblerait 0,5 % des intentions de vote, comme Corinne Deflore, candidate du parti CDF, Coopération pour le Développement de la France.

 46% des Réunionnais peuvent encore changer d’avis

"Ce sondage ne dit pas ce qui se passera le 20 juin, explique Philippe Fabing. Parmi les électeurs certains d’aller voter ayant exprimé une intention de vote, 46% nous disent que leur choix n’est pas définitif et qu’il peut encore changer".

Ce sondage révèle une situation encore très instable à treize jours du premier tour et alors que la campagne électorale entre dans sa dernière ligne droite. "Les choix des électeurs vont progressivement se fixer et les scores des différentes listes peuvent donc encore évoluer, à la hausse comme à la baisse", nuance Philippe Fabing, directeur des études politiques de Sagis.

Sondage itw Philippe Fabing, directeur des études politiques pour SAGIS ©Réunion la 1ère

Ces deux dernières semaines de campagne, et le débat organisé jeudi 10 juin sur Réunion La 1ère pourraient permettre aux électeurs de fixer leur choix.

L’union de la gauche, la clef du scrutin ?

Ce sondage montre que le président sortant, Didier Robert, était en tête la semaine dernière avec une très courte avance. Toutefois, parmi ces 24% d’intentions de vote, 66% des électeurs affirment la fermeté de leur choix. C’est un taux de fermeté plus élevé que ceux affichés pour le intentions de vote en faveur d’Ericka Bareigts (53%) et d’Huguette Bello (46%).

Au premier tour, le score de Didier Robert va notamment dépendre de l’engagement, sur le terrain, des maires qui le soutiennent et de leur capacité à mobiliser. Pour le second tour, l’union ou la non-union des principales listes d’opposition sera probablement la clef du scrutin.

Philippe Fabing

 

En effet, Didier Robert aura peu de "réserves de voix" car il ne devrait pas obtenir le ralliement de d’autres candidats. Pour conserver son siège, le président sortant devra compter sur une triangulaire (ou une quadrangulaire), contre des adversaires désunis. En cas de duel contre une opposition unie, le rapport de force devient moins favorable pour lui.

Et par rapport aux résultats des Régionales de 2015 ?

Pour rappel, en 2015, Didier Robert était arrivé très largement en tête du premier tour des élections régionales avec 40,36% des voix. Huguette Bello arrivait en seconde position avec 23,8% des voix, suivie de Thierry Robert qui cumulait alors 20,32%. Patrick Lebreton lui affichait 7,12% des suffrages.

Des élections très personnalisées 

Philippe Fabing, directeur des études politiques de Sagis, remarque aussi que "pour ces élections, les électeurs réunionnais ne devront pas trancher entre des lignes idéologiques très antagonistes, comme ont pu l’être, en leur temps, la départementalisation ou l’autonomie". Ils ne trancheront pas non plus sur de grands projets. Tous les candidats veulent terminer la Nouvelle Route du littoral et il n’y aura pas, cette fois, de "référendum" sur un tram-train ou une maison des civilisations.

"Ces élections sont très "personnalisées" et on constate que les électeurs, en particulier à gauche, montrent une indécision forte, face à la diversité des listes qui leurs sont proposées, poursuit Philippe Fabing. Le clivage global reposant d’abord sur un « pour ou contre » le Président sortant".

"Force est de constater que, pour le moment, le camp des « pour » apparaît minoritaire, mais que le camp des « contre » est très divisé", conclut le directeur des études politiques de Sagis.

 

NOTICE  

  • Institut : SAGIS
  • Media : Réunion 1ère télévision - radio - site internet - le JIR et Clicanoo - Imazpress
  • SONDAGE EFFECTUE POUR : Réunion 1ère / France Télévision
  • DATES DU TERRAIN : du 29 mai au 4 juin 2021
  • ECHANTILLON : 500 personnes constituant un échantillon représentatif de la population de La Réunion âgée de 18 ans et plus, déclarant être inscrites sur les listes électorales.
  • METHODE : Etude réalisée par téléphone, fixe et mobile.
  • Quotas : sexe, âge, profession de la personne interrogée, stratification par communes.
  • Comme pour toute enquête quantitative, cette étude présente des résultats soumis aux marges d'erreur inhérentes aux lois statistiques : c'est la raison pour laquelle ils sont présentés en tendances (intervalles - (3))
  • La marge d'erreur sur les intentions de vote est estimée à +/- 5%, à 90% de probabilités.
  • Sondage transmis à la Commission Nationale des Sondages et consultable auprès d'elle.