Réincarnation d’une divinité scandinave, le gourou spoliait ses adeptes de leurs bébés

faits divers
Police nationale logo commissariat
©IPR

"Fudakmi" est une secte qui aurait prospéré pendant près de 40 ans entre La Réunion et l'Hexagone. Les agissements de son gourou devraient le conduire ce mercredi devant la justice. L'homme et trois autres individus sont en garde à vue depuis lundi. C’est une information du Parisien.

L’enquête a été menée entre La Réunion et la métropole et a conduit, lundi 14 juin, à l’arrestation de quatre personnes dans le département dont le gourou de la secte, interpellé à son domicile à Saint-Denis. L’information est révélée par Le Parisien ce mardi 15 juin.

Un gourou, réincarnation d’une divinité féminine scandinave

Il est reproché à ce sexagénaire, en plus d’avoir érigé un culte de sa personne, de s’être enrichi considérablement, et d’avoir aussi " volé " des enfants à ses adeptes.

L’homme se fait appeler le " Grand Monarque divin ". Agé de 67 ans et originaire du Sud de la France, il est soupçonné d’être le gourou de la secte Fudakmi. L’organisation est articulée autour du culte de sa personne, la soi-disant réincarnation d’une divinité féminine scandinave.

Des adeptes "spoliés" de leur enfant

Une « identité » qui l’a conduit à se teindre les cheveux en blond, à se faire passer pour une femme, et même à vouloir enfanter. Pour y arriver, le sexagénaire aurait forcé plusieurs de ses ouailles à abandonner leur bébé.

Pour cela, il aurait convaincu des mères d’accoucher sous X, puis le gourou se déclarait ensuite comme père sur l’état civil. Selon les premiers éléments, 4 enfants auraient ainsi été soustraits à leurs parents.

600 000 euros en liquide saisis

Mais ce n’est pas tout, lors des perquisitions, les enquêteurs ont  découvert que l’homme possédait plusieurs maisons, appartements et terrains à La Réunion.

Les policiers ont également saisi plus de 600 000 euros en liquide et 400 000 euros sur les comptes bancaires du gourou. Le  préjudice financier est encore en cours d’évaluation.

L’homme est actuellement en garde à vue, et pourrait être présenté à la justice dans la journée du mercredi 16 juin.