Réouverture des écoles : les syndicats réclament des garanties sanitaires

éducation
La rentrée scolaire a eu lieu ce vendredi 16 août à La Réunion.
La rentrée scolaire a eu lieu ce vendredi 16 août à La Réunion. ©IMAZ PRESS
Dans trois semaines, les élèves devraient reprendre le chemin de l'école. Il s'agit néanmoins, d'une rentrée progressive fixée au 18 mai, à La Réunion. Une reprise qui inquiète les syndicats d’enseignants qui réclament des garanties sanitaires applicables dans tous les établissements de l'île.
La reprise des cours se fera " soit en mode présentiel, soit en distanciel, ou encore sur un mode hybride alliant le distanciel et le présentiel " a expliqué vendredi, le rectorat.
Cette rentrée progressive devra ainsi, s’effectuer en veillant particulièrement à la sécurité sanitaire des personnels et des élèves. 
L'académie travaille d'ailleurs, encore aux modalités de reprise des cours. L’hypothèse la plus probable avancée vendredi, était celle d’un travail par groupes de 12 à 15 élèves par salle de classe.

Depuis la semaine dernière, les collectivités, les mairies, Le Département et La Région préparent au mieux les établissements à accueillir les personnels pour une pré-rentrée les jeudi 14 et vendredi 15 mai, et progressivement les élèves à partir du lundi 18 mai. 
 


Les recommandations du Conseil scientifique 


Lors de son allocution télévisée le 18 avril dernier, Emmanuel Macron avait pris tout le monde de cours, en annonçant la réouverture des établissements scolaires, le 11 mai dans l'Hexagone. Le Conseil scientifique, lui, aurait préféré attendre septembre. Mais prend acte de cette " décision politique " et a donné une série de recommandations au gouvernement.

Pour un retour à l'école le plus sûr possible, les scientifiques insistent, il faudra éviter au maximum qu'un trop grand nombre d'élèves se croisent, organiser des entrées et des sorties et des temps de récréation échelonnés. 

A l'intérieur des classes, ils recommandent une distanciation d'un mètre au minimum entre chaque table. Et que les élèves déjeunent dans leurs classes, chacun à sa place.
Le port du masque jugé impossible pour les tous petits doit être obligatoire et cela à partir du collège. 
Il faudra également dès le premier jour de classe, rappeller les gestes barrières aux élèves et les mesures d'hygiènes comme le lavage régulier des mains. 
   

Des conditions de reprise qui inquiètent les syndicats 


De nouvelles modalités de reprises qui renforcent l'inquiétude des syndicats d'enseignants de l'île. Cette réouverture des établissements scolaires est une " véritable cacophonie gouvernementale innaceptable " déclare le SNES-FSU. Le syndicat a d'ores et déjà annoncé la couleur ! Si le rectorat ne présente pas un plan garantissant la sécurité sanitaire de tous : 
 

" le SNES-FSU Réunion exigera que les collèges, lycées, CIO ne soient pas ouverts "


Même son de cloche pour le SGEN-CFDT qui réclame un certain nombre de garanties sanitaires :
 

" une désinfection complète et régulière du matériel et des locaux, un protocole afin de respecter les gestes barrières, la mise à disposition de gel hydroalcoolique dans tous les lieux et la fourniture de masques à tous les personnels "


Des inquiétudes que partagent FO-Education. Le syndicat ne peut envisager une rentrée le 18 mai dans ces conditions. Le reportage de Jacques Payet
 
Inquiétude des syndicats d’enseignants face à la rentrée scolaire prévue le 18 mai dans l’île.

" Les préconisations du Conseil scientifique sont claires. Et, elles ne peuvent pas être appliquées dans nos établissements " a affirmé Jean-François RIAHLE, secrétaire général SE-UNSA, invité dans le journal de 12h30 : 

En fin de semaine prochaine, des informations complémentaires seront données par le Premier ministre et le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse sur les modalités du déconfinement. Elles seront déclinées au plus près des réalités locales en tenant compte de l’environnement social et culturel de l’Académie. Les organisations syndicales, le Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail académique (CHSCTA) ainsi que les associations de parents d'élèves seront consultés.