Résultats Présidentielle 2022 : pourquoi Emmanuel Macron arrive 3ème à La Réunion ?

élections
Macron Choose La Réunion
©Olivier de Larichaudy
En tête au niveau national, le président sortant termine 3ème du premier tour de l’élection présidentielle à La Réunion. Le candidat LREM est devancé par celui de l'Union Populaire, Jean-Luc Mélenchon, et celle du Rassemblement National, Marine Le Pen. Pourquoi un tel score dans l’île ?

Comme en 2017, Emmanuel Macron peine à convaincre à La Réunion. Le candidat de La République En Marche, et président sortant, termine derrière Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen dans le département.    

La 3ème place pour Emmanuel Macron à La Réunion

Le candidat de l'Union Populaire, leader de La France Insoumise, s’impose avec 40,26% des suffrages exprimés, devant la candidate du Rassemblement National, avec 24,73% des voix. Emmanuel Macron, en 3ème position, recueille 18,04% des suffrages réunionnais.  

Cette fois pourtant, le président sortant pouvait s’appuyer sur son bilan de chef de l’Etat. Un bilan qui ne semble donc pas avoir convaincu les électeurs réunionnais.  

Regarder le reportage de Réunion la 1ère :   

Premier tour : La Réunion à contre-courant

Manque d’ancrage local pour LREM

Il faut dire que le parti d’Emmanuel Macron, La République En Marche, peine à s’implanter dans le département. Pour Bachil Valy, maire de l’Entre-Deux et soutien d’Emmanuel Macron, les relais locaux ont manqué.  

Entre 2017 et aujourd’hui, Emmanuel Macron n’a pas eu de parlementaires à l’Assemblée nationale, donc il y a eu un déficit de relais d’information. Et les oppositions n’ont pas capitalisé tout ce qui a été fait.

Bachil Valy, maire de l’Entre-Deux et soutien d’Emmanuel Macron

Bachil Valy défend le bilan de son candidat. " Il a hérité de toutes les situations que nous connaissons, Covid, terrorisme, vie chère, parce qu’il y a eu un modèle depuis 40 ans qui n’a pas été renouvelé ", dit-il.  

On a fait de la résistance, puisque sur l’ensemble des Outre-mer on a bien vu que Jean-Luc Mélenchon était largement en tête. Ce score c’est un remake de 2017 ", justifie Bachil Valy, maire de l’Entre-Deux et soutien d’Emmanuel Macron.    

Un score national bien plus que local pour les partisans

Pour les partisans du candidat LREM, le soulagement vient davantage du fait que leur candidat termine en tête au niveau national, que de son score au niveau local. Un score que regrette le maire de Saint-Benoît, Patrice Selly, soutien du président sortant.  

Dans sa commune, Emmanuel Macron arrive 3ème avec 19,47% des voix, derrière Jean-Luc Mélenchon, à 37%, et Marine Le Pen à 29,76%. En 2017, Emmanuel Macron terminait 3ème derrière les deux même candidats, avec 19,17% des voix. Seule différence, Jean-Luc Mélenchon arrivait second derrière Marine Le Pen en 2017. Le candidat de La France Insoumise accuse ainsi une progression de 13,4 points, passant de 23,6% des voix à 37% en 5 ans.  

Regarder le reportage de Réunion la 1ère :    

Présidentielle 2022 : qualifié pour le second tour, Emmanuel Macron arrive en troisième position à La Réunion. Reportage à Saint-Benoît, où le maire, Patrice Selly, soutient le chef de l’Etat.

Une seule commune a choisi Emmanuel Macron

Le président sortant, et candidat de La République En Marche, est toutefois arrivé en tête dans une des 24 communes de La Réunion, à savoir Sainte-Rose. 34,90% des électeurs de la commune du Sud-Est de La Réunion ont placé Emmanuel Macron en tête du premier tour, suivi de Jean-Luc Mélenchon, avec 30,42% des voix, et de Marine Le Pen avec 26,07%.  

Les électeurs ont suivi le choix du maire, soutien du président sortant. Michel Vergoz fait le constat du résultat d’Emmanuel Macron à l’échelle du département, conscient que son bilan n’a pas satisfait la majorité des électeurs réunionnais.  

"J’ai eu un sentiment d’injustice et il nous faudra tenter par tous les moyens, en tendant la main, en écoutant les colères, elles sont toutes justes, pour y remédier."

Michel Vergoz, maire de Sainte-Rose et soutien d’Emmanuel Macron

Convaincre les électeurs de Jean-Luc Mélenchon

Les soutiens locaux d’Emmanuel Macron vont devoir travailler fort pour espérer voir les électeurs réunionnais préférer leur candidat au second tour de l’élection présidentielle, le dimanche 24 avril prochain.  

Ils ont en effet deux semaines pour convaincre les 40% d’électeurs réunionnais qui ont choisi Jean-Luc Mélenchon au premier tour. Marine Le Pen se présentera au second tour forte de 24,73% des suffrages réunionnais, quand Emmanuel Macron n’en compte que 18,04%.  

La candidate du Rassemblement National peut espérer compter sur un réserve de voix plus large que celle du candidat LREM.

Pour André Thien-Ah-Koon, le maire du Tampon et soutien d’Emmanuel Macron, " pour que les extrêmes reviennent au centre, il faudra s’occuper du pouvoir d’achat, et s’occuper donc des minimas sociaux, de toutes les allocations, augmenter les allocations au prorata du coût de la vie à La Réunion, augmenter les salaires minimum tels que le SMIC à La Réunion, accéder aux logements sociaux ". Il n’oublie pas l’emploi et la formation des jeunes ou encore les défis concernant l’environnement et la biodiversité.    

Appel au vote républicain pour les uns

Le candidat de l'Union Populaire, leader de La France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a déclaré ne pas vouloir " donner une seule voix à Madame Le Pen ". Comme lui, plusieurs personnalités locales n’appellent ainsi pas clairement à voter pour Emmanuel Macron, mais plutôt à faire " le choix de la République pour faire barrage à l’extrême droite ", comme l’a déclaré hier soir Huguette Bello, présidente de la Région Réunion et soutien de Jean-Luc Mélenchon.  

Les écologistes d’EELV Réunion, déçus des 2,31% de leur candidat Yannick Jadot à La Réunion, appellent à " faire barrage au pire, à bloquer Marine Le Pen ". Yannick Jadot appelle ses électeurs à " faire barrage à l’extrême droite en déposant un bulletin Macron dans l’urne le 24 avril prochain ".  

La candidate socialiste, Anne Hidalgo, a été créditée de 1,60% des suffrages réunionnais. Au lendemain de ce résultat, la fédération socialiste de La Réunion, après s'être réunie en début de soirée, appelle à " faire barrage à Marine Le Pen car la haine de l'autre et l'exclusion des différences, la notion même de priorité nationale sont dangereuses pour notre pays ". Et d'ajouter, " il nous faudra voter au deuxième tour, le dimanche 24 avril, en utilisant le seul bulletin de vote qui sera réellement comptabilisé contre l'extrême droite, celui d'Emmanuel Macron ".
" C'est notre responsabilité commune face à l'Histoire, la nôtre et celle de nos ancêtres", estime la fédération socialiste de La Réunion, qui prévient que ce vote ne sera en rien une "validation" de l'ensemble du programme du candidat.
Anne Hidalgo a donné hier soir une consigne de vote très claire : " pour que la France ne bascule pas dans la lutte de tous contre tous, je vous appelle à voter contre l’extrême droite en vous servant du bulletin de vote Emmanuel Macron. "

Indécision pour les autres

Du côté des Républicains, dont la candidate Valérie Pécresse a obtenu 2,81% des voix à La Réunion, les points de vue divergent quant à la ligne de conduite à tenir au second tour. La candidate a déclaré dans la soirée qu’elle voterait " en conscience pour Emmanuel Macron ".
Pour le patron des Républicains à La Réunion, et maire de Saint-Pierre, Michel Fontaine, la consigne est claire : " j’appelle les Réunionnais et les Réunionnaises à voter Emmanuel Macron au deuxième tour en portant l’espoir que les messages des électeurs soient mieux compris ". Même conviction pour la sénatrice Viviane Malet. 
Le député Les Républicains David Lorion votera "personnellement" pour Emmanuel Macron, mais " ne demande à quiconque de faire barrage ou quoique ce soit ", estimant ne pas être propriétaire des voix. La députée Nathalie Bassire ne fait pas part de ses intentions et ne veut donner aucune consigne de vote.
Jean-Jacques Morel veut se donner le temps de voir les programmes, ses partisans, les élus de son groupe, avant de se prononcer.