publicité

A La Réunion, un bébé naît tous les deux jours avec un cerveau abîmé par l’alcool

La Réunion est l'un des territoires français les plus touchés par le Syndrome d'Alcoolisation Fœtale, le SAF. Dans le département, un bébé naît tous les deux jours avec un cerveau endommagé par l'alcool. La 3e édition du Safthon commence ce samedi 7 septembre.

A La Réunion, un bébé naît tous les deux jours avec un cerveau abîmé par l’alcool. © IMAZ PRESS
© IMAZ PRESS A La Réunion, un bébé naît tous les deux jours avec un cerveau abîmé par l’alcool.
  • LP
  • Publié le , mis à jour le
En 2019, 30 % des femmes enceintes avouent avoir consommé de l'alcool pendant leur grossesse. La Réunion est l'un des territoires français les plus touchés par le Syndrome d'Alcoolisation Fœtale, le SAF. Dans le département, un bébé naît tous les deux jours avec un cerveau abîmé par l'alcool.
 

8 000 enfants chaque année

Pour lutter contre ce fléau : des manifestations sont organisées à partir de ce samedi 7 septembre partout dans l’île et pendant un mois. Il s’agit de la troisième édition du Safthon à La Réunion. L’objectif est "d’éveiller les consciences sur l’alcool et la grossesse".

"La France ne peut continuer à ignorer les dégâts de ce fléau, les souffrances engendrées dans les familles et chez les enfants atteints à vie par ce handicap", explique Denis Lamblin, président de SAF France et pédiatre installé dans le Sud de l’île. L’alcool, même à dose modérée, est un redoutable "toxique tératogène" pour le cerveau en formation pendant la grossesse. 8 000 enfants naissent chaque année en France avec le cerveau lésé ou malformé par l’alcool durant la grossesse.
 

Un centre à La Réunion

Depuis 2016, l’association SAF France a obtenu la création de deux centres de ressources  expérimentaux pour la prévention de l’alcoolisation foetale, à La Réunion et en Nouvelle- Aquitaine. Le centre de ressources de La Réunion est la première structure publique consacrée à la prévention et aux soins relatifs à l’alcoolisation foetale pour une durée de 3 ans.

"Même si ces efforts récents sont louables, ils sont très insuffisants. Face aux enjeux sanitaires, sociaux, scolaires, judiciaires et économiques de ce fléau, la France peut-elle perdre chaque heure 1,3 million d’euros et rester indifférente à la destruction de 8 000 cerveaux d’enfants, faute d’une politique sanitaire et sociale adaptée pour prévenir ce syndrome", interroge l’association SAF France.
 

Marie-Alice Sinaman, marraine du Safthon

A La Réunion, cette troisième édition du SAFTHON démarre à Joseph. La marraine de l’événement est l’humoriste Marie-Alice Sinaman.

Regardez son interview ci-dessous : 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play