Réunion : la rentrée marquée par la nouvelle formule du bac alors que des perturbations ont lieu dans l'hexagone

éducation
Baccalauréat 2019
©Alix Catherine
218 442 élèves, de la maternelle au lycée, reprennent les chemins de l’école ce lundi 27 janvier 2020 à La Réunion. Une rentrée marquée par la nouvelle formule du baccalauréat en contrôle continu. En France métropolitaine, des boycotts et blocages des épreuves ont lieu depuis lundi. 
 
Le nouveau baccalauréat s’installe donc à La Réunion avec la première session de contrôle continu pour quelques 8 200 élèves de première générale et technologique, alors qu’environ 12 200 élèves de terminale passeront la dernière édition de l’examen traditionnel en juin prochain.

Au programme : histoire-géographie et langues vivantes pour la filière générale, et mathématiques pour la voie technologique.  Des examens qui dureront entre une heure et demie et deux heures selon les disciplines. 

Dans les faits, pour que tous les lycéens soient sur le même pied d’égalité, les sujets des épreuves seront choisis dans une banque nationale de sujets, les copies, anonymes, sont corrigées par d’autres professeurs que ceux des élèves. Les candidats auront ensuite accès à leurs copies corrigées et pourront prendre ainsi connaissance des annotations du correcteur dans le courant du mois de mars 2020 sur leur espace personnel.

Le baccalauréat 2021 repose désormais sur cinq épreuves terminales qui comptent pour 60 % de la note finale et un contrôle continu qui compte pour 40 %. Le contrôle continu porte sur les années de première et de terminale. En fin de première, comme aujourd’hui, les élèves passeront les épreuves anticipées de français.
 

Un nouveau bac perturbé dans l’hexagone


Depuis lundi, plusieurs épreuves de contrôle continu du nouveau baccalauréat ont été perturbées en France métropolitaine. Douze syndicats d’enseignants ont demandé le 17 janvier dernier au Ministre de l’Education de  renoncer  à cette première session. Ils remettent en cause les bienfaits pédagogiques d’une telle formule qui accentue la pression sur les élèves.
 
Afin de se faire entendre, les enseignants de l’hexagone ont mis en place les mêmes actions qu’au moment des corrections du Bac 2019. Depuis la rentrée, les enseignants protestataires refusent de corriger les copies, de transmettre les notes ou encore de surveiller les épreuves.

Depuis, ce sont les syndicats de parents d’élèves qui montent au créneau en dénonçant ces actions de boycott. La FCPE dit partager les inquiétudes du corps enseignant, mais demande le report des épreuves qui se déroulent actuellement dans un climat de tension entre les enseignants et le ministère.
 
Le Ministre de l’Education, de son côté, se veut rassurant en estimant que ces actions étaient le fait d’une poignée d’enseignants « qui commettent des actions illégales ».
 


Un appel à la mobilisation mercredi


La rentrée dans l'île se fera également sous la pression des mouvements de contestation contre la réforme des retraites qui ne faiblit pas au fil des semaines. Un nouvel appel national à la grève est lancé par l'intersyndicale pour le mercredi 29 janvier 2020.
 
Marie-Hélène Dor secrétaire départementale FSU est l'invitée du JT de 19h. Elle revient sur la nouvelle mouture du Bac, la rentrée demain ainsi que sur le projet de réforme des retraites et la mobilisation toujours en cours.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live