réunion
info locale

Richard Nirlo : 2ème jour de garde à vue pour le maire de Sainte-Marie

politique
nirlo
©Imaz Press
Le maire de Sainte- Marie, Richard Nirlo ainsi que plusieurs de ses collaborateurs entament leur deuxième jour de garde à vue. Ils sont entendus depuis hier dans le cadre d’une affaire sur des faits supposés de détournements de fonds publics et de corruption.
Richard Nirlo, maire de Sainte-Marie, est en garde à vue depuis hier matin avec deux cadres et un employé de la commune, le directeur général adjoint du service de l’Urbanisme, ainsi que le DGS (directeur général des services) et le chauffeur du maire. Ils ont passé la nuit à la caserne Vérines. 
Tous sont entendus depuis hier par le Procureur de la République Eric Tuffery sur des faits supposés de détournement de fonds publics, recels, faux et usage de faux, trafic d'influence, favoritisme et corruption. 
 
proc
Eric Tufféry, procureur de la République, à son arrivée hier à la brigade de Sainte-Anne. ©Jean-Régis Ramsamy

Une affaire qui intervient alors que Richard Nirlo doit tenir son grand meeting de lancement de campagne municipale ce vendredi en présence de toute la droite réunie.​​​​​​​
 

Une enquête suite au signalement de la CRC


Cette procédure fait suite au signalement de la chambre régionale des comptes de La Réunion. Un certain nombre de faits avaient en effet été révélés par la CRC, dans son rapport d'observations définitives, publié récemment, sur la gestion du Centre communal d'action sociale (CCAS) de Sainte-Marie. Le contrôle portait sur les exercices 2014 et suivants.
Selon la chambre régionale des comptes, aucune de ses recommandations, publiées dans un rapport précédent, n'ont été mises en oeuvre. La CRC revèle aussi que la situation budgétaire s'est dégradée, que le contrôle de la commune est inexistant, et que des dépenses ont été engagées sans la capacité financière nécessaire pour les assumer.
Le CCAS accumule près d'un million d'euros de factures en attente de paiement depuis 2012.
Des perquisitions ont  eu lieu en 2018 à la mairie de Sainte-Marie sous la houlette du procureur de la République de Saint-Denis.​​​​​​​
​​​​​​​

 
Publicité