Saint-André : le marché forain de la discorde

coronavirus
Marché forain de Saint-André
Le marché forain de Saint-André s'adapte au protocole sanitaire ©Florence Bouchou

La colère gronde à Saint André. Le marché forain est contraint de changer d'emplacement en raison des nouvelles normes sanitaires imposées. Il se tiendra dès vendredi, à Mille Roches dans le complexe sportif attenant au collège. Un nouveau site contesté par l'équipe enseignante. 
 

C'est par hasard que les professeurs du collège de Mille Roches ont eu vent du projet de la mairie de Saint-André. Dès vendredi, ils auront pour voisin les forains du centre-ville. 

Le marché change de place

Le marché change temporairement de site afin de suivre les nouvelles mesures sanitaires imposées par les autorités. Désormais, c'est en effet, une jauge de 8 mètres carré par personne qui doit être respectée. La mairie a donc décidé de s'adapter.

Il faut plus d'espace pour les forains, auquel cas ces derniers ne pourront plus exercer leur métier comme il se doit. Vendredi dernier, sur les 138 bazardiers installés seuls 58 avaient pu vendre leur production. Cette semaine, la mairie a donc décidé que tous les forains prendront place au niveau du complexe sportif entourant le collège de Mille Roches. 
 

"Le marché plus important que l'éducation physique"

Des terrains de sport transformés le temps d'une matinée en marché forain. La nouvelle est loin de faire l'unanimité et encore moins chez les professeurs. Pour Juliana Lechat-Fraisse, professeure d'EPS au collège des Mille Roches, les premiers impactés seront les 360 élèves de l'établissement. "Le marché sera vraiment sous les fenêtres des salles de classe. Les élèves en EPS ne pourront plus pratiquer ou en tout cas beaucoup moins".

Son collègue Benoît Lecaste ajoute "il va y avoir le marché et en face, il va y avoir une trentaine de profs dans les salles en train de faire cours avec les bruits du marché forain, du monde partout. Nous on trouve ça incohérent. On est une variable d’ajustement. Le marché est plus important que l’éducation physique ».

Une solution provisoire ? 

La mairie leur a proposée une alternative mais qui leur paraît aujourd'hui inenvisageable au vu du contexte sanitaire. "On veut nous mettre sur le stade mais avec le protocole sanitaire, on nous demande ne pas brasser les élèves, c’est quasiment impossible. Donc là, jusqu’à la fin de l’année, ils ne feront plus d’EPS " précise Juliana Lechat-Fraisse, professeure d'EPS.

Des professeurs qui se montrent guère optimistes pour la suite. Ils restent persuadés que cette solution provisoire s'inscrira dans le temps. "Tant que la crise sanitaire durera, tant que les protocoles sanitaires seront mis en place, on pense que l’on aura ce marché forain tous les vendredis matin sur le complexe de Mille Roches".

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

Saint-André : le marché forain de la discorde




 

 

 

 

 

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live