Sécurité renforcée aux abords des lycées de l’Est, les gendarmes confisquent des goupilles

éducation saint-benoît
Gendarmerie sécurisation lycée Saint-Benoit La Réunion
Les gendarmes renforcent leur présence aux abords des établissements scolaires dans l'Est. ©Gendarmerie de La Réunion
Plusieurs goupilles ont été confisquées dès le premier jour de rentrée. Les gendarmes de la compagnie de Saint-Benoît renforcent leur présence aux abords des établissements scolaires. Le plan Lekol Trankil doit durer jusqu’au 9 septembre.

La gendarmerie de La Réunion mène des opérations de sécurisation aux abords des établissements scolaires. Les militaires marquent ainsi une présence plus importante auprès des jeunes, dans le cadre du " plan Lekol Trankil ".

Des goupilles confisquées dès la rentrée

Hier, mardi 16 août, jour de rentrée scolaire, les gendarmes étaient présents aux abords d’un lycée de Saint-Benoît. Les militaires de la compagnie de Saint-Benoît, avec l’appui du Détachement de Surveillance et d’Intervention et de réservistes, ont confisqué, une nouvelle fois, plusieurs goupilles.

Quatre communes de l’Est en priorité

L’objectif est de prévenir toutes formes de violences et de délinquances scolaires. Les communes les plus ciblées sont celles de Saint-Benoit, Sainte-Marie, Bras-Panon et La Plaine-des-Palmistes.

Des épisodes de violence en mars dernier

En mars dernier, une violente bagarre entre bandes rivales avait éclaté dans le lycée professionnel Patu de Rosemont de Saint-Benoît. Les gendarmes avaient multiplié les contrôles aux abords de l’établissement. Sacs et bus étaient passés au peigne fin, et la rectrice avait annoncé un renforcement du plan de lutte contre les violences.