Une nuit de violences urbaines à Saint-Benoît

faits divers saint-benoît
La gendarmerie de La Réunion (photo d'illustration).
La gendarmerie de La Réunion (photo d'illustration). ©Imaz Press
A la nuit tombée, jeudi 30 septembre, des violences ont agité le centre-ville de Saint-Benoît. Des échauffourées auraient éclaté entre bandes rivales. Les gendarmes sont intervenus, et ont été pris pour cible. Il n'y a pas eu de blessé.

La nuit dernière a été agitée dans l’Est de l’île. Jeudi 30 septembre à la tombée de la nuit, des violences urbaines ont éclaté à Saint-Benoît.

Echauffourées entre bandes rivales

Des échauffourées auraient éclaté entre bandes rivales à Saint-Benoît. Selon nos informations, les gendarmes seraient d’abord intervenus dans le secteur pour mettre fin à une bagarre.  

Des gendarmes pris pour cible

Arrivés sur place, les forces de l’ordre auraient reçu de nombreux projectiles. Quatre véhicules de la gendarmerie ont été pris pour cible. Il n’y a pas eu de blessé. Une dizaine de tirs de grenade et de bombes lacrymogènes ont eu lieu.

Les fauteurs de troubles sont en cours d’identification.

Le maire condamne 

Le maire de Saint-Benoît, Patrice Selly, condamne fermement "les actes commis hier soir au centre-ville, c’est inacceptable". "Le message doit être clair : il n’y aura plus d’impunité sur Saint-Benoît, prévient Patrice Selly. Ce genre d’événement doit être suivi d’interpellation et ce n’est pas le cas jusqu’à présent". "Même s’il s’agit de mineurs, nous devons avoir des interpellations pour remonter jusqu’aux familles pour que nous ayons aussi une action envers ces familles qui n’ont pas de contrôle sur ces enfants qui sont à des heures tardives dans les rues de Saint-Benoît", poursuit le maire.

Patrice Selly annonce qu’il y aura "dès la semaine prochaine, un comité de suivi de la lutte contre la délinquance qui sera réuni à Saint-Benoît".

Regardez l'interview de Patrice Selly, sur Réunion La 1ère :

Saint-Benoit : Comment lutter contre les violences urbaines ?